Niger : 9 candidats à la présidentielle du 31 janvier demandent un report du scrutin


©

Au Niger, les résultats complets des élections locales ont été rendus publics par la commission électorale. C'est le parti de Mahamadou Issoufou, candidat à la présidentielle du 31 janvier et opposant historique à l'ex-chef d'Etat Mamadou Tandja, qui remporte les municipales. La publication de ces résultats intervient dans un contexte de grande tension politique. Les partis politiques ont demandé mercredi 19 janvier, au président de la junte de reporter les élections législatives et le premier tour de la présidentielle prévus dans quelques jours, le 31 janvier. Une demande aussitôt rejetée. Les affaires sont sérieuses au point que le médiateur de la Cédéao pour le Niger, le général Abdul Salami est arrivé le jour même à Niamey.

Selon nos informations, Abdul Salami est arrivé le 19 janvier. Il a déjà rencontré le Premier ministre et a longuement reçu les leaders politiques. Il s'entretiendra ce  jeudi matin avec le président Djibo.

Les dix partis politiques en lisse pour la présidentielle ont demandé par écrit au président Djibo de reporter les élections du 31 janvier. Selon eux, le fichier électoral n'est pas satisfaisant et la CENI n'a pas fait son travail correctement. Au point que les partis politiques nigériens demandent purement et simplement la dissolution.de la CENI et le changement de son président.

Mais il y a une autre raison à ce courroux de la classe politique nigérienne. Récemment le Conseil constitutionnel a invalidé un nombre considérable de listes électorales pour les prochaines législatives. Dans toutes les régions du pays, plusieurs partis seront absents du scrutin faute d'avoir respecté les règles d'éligibilités. Car désormais, les 3/4 des candidats à la députation doivent avoir le niveau Bepc et c'est ainsi que de nombreux partis sont totalement absent dans leur propre fief.

Bref, les partis politiques sont sur une position jusqu'auboutiste. Salou Djibo a plusieurs fois rappelé qu’il n'était pas question de modifier le calendrier électoral. Il ne reste plus grand temps pour trouver une solution satisfaisante.