Côte d'Ivoire : Les propos d'Axel Poniatowski sur une possible partition font polémique

Le président de la Commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale française, Axel Poniatowski.
© AFP/Joel Saget

Les déclarations d'Axel Poniatowski sur RFI  suscitent des réactions courroucées dans les deux camps en Côte d'Ivoire. Le président de la Commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale française, invité de l'émission « Internationales » sur RFI, France 24 et TV5 monde, le 23 janvier 2011, avait estimé que la solution de cette crise passe peut-être par la « partition » du pays.

Le scrutin présidentiel en Côte d’Ivoire s’est soldé par une situation inédite : la communauté internationale reconnaît le président proclamé par la Commission électorale indépendante (CEI), Alassane Ouattara, alors que la Cour constitutionnelle qui invalide en partie les résultats de la CEI confirme la victoire du président sortant Laurent Gbagbo. Il apparaît également que deux zones, le nord et le sud, se distinguent par leur choix. Invité ce dimanche de l'émission Internationales, président de la Commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale française, a envisagé la possibilité de séparer la Côte d'Ivoire en deux Etats. 

Je crois qu’il est très important aujourd’hui que Mr Gbagbo et Mr Ouattara s’assoient ensemble et commencent à discuter. Est-ce qu'il y a une volonté de vivre ensemble ou pas? Ou bien, est-ce toute cohabitation entre les deux, et par conséquent entre les régions qu'ils représentent, est impossible. Et au quel cas, est-ce qu'il faut commencer à imaginer une partition du pays? Je pense, que là aussi, le sujet mérite d'être posé.

Axel Poniatowski
24-01-2011

RFI a recueilli des réactions de principaux acteurs politiques ivoiriens aux propos du parlementaire français. L'Ambassadeur de Côte d’Ivoire à Paris, Ali Coulibaly, nommé à ce poste par Alassane Ouattara rejette toute idée de partition de la Côte d’Ivoire.

C'est affligeant ce que j'ai entendu de la bouche de ce monsieur Poniatowski. C'est une mauvaise solution que de parler de la partition de la Côte d'Ivoire. La Côte d'Ivoire est une et indivisible.

Ali Coulibaly, ambassadeur de Côte d'Ivoire en France
24-01-2011

Dans le camp de Laurent Gbagbo, le refus de la partition est tout aussi affirmé. Notre correspondant à Abidjan a recueilli les propos du ministre des Affaires étrangères du gouvernement Gbagbo, Alcide Djédjé.

Je pense qu'il y a beaucoup de situation dans le monde où la rébellion occupe une partie du territoire et on ne parle jamais de partition.

Alcide Djédjé, ministre des Affaires étrangères du gouvernement de Laurent Gbagbo
24-01-2011

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.