Egypte: Omar Souleimane nommé vice-président, Ahmad Chafic Premier ministre


©

A l’issue d’une réunion de crise ce samedi 29 janvier, le président Hosni Moubarak a nommé le général Ahmad Chafic, jusque-là ministre de l'Aviation, Premier ministre ; et Omar Souleimane, qui dirigeait jusque-là les services de renseignement, vice-président. Les deux militaires ont une réputation d’hommes intègres. Omar Souleimane est populaire aussi puisque son nom est régulièrement cité parmi les candidats potentiels à la succession du raïs.

Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

Le président Hosni Moubarak nomme comme Premier ministre Ahmad Chafic, un général, un ancien pilote qui a servi sous le commandement en chef de l’armée de l’air, un certain Hosni Moubarak, général de son état lui aussi.

Ahmad Chafic est aussi l’homme qui a réussi à transformer la compagnie Egypt Air en puissante holding qui réalise enfin des bénéfices. Des qualités de dirigeants sans être homme d’affaires ou affairiste.

De plus, aucune accusation de corruption n’a circulé contre lui, ce qui change par rapport au précédent cabinet.

Le patron du Moukhabarat devient vice-président

Finalement le président Hosni Moubarak a accédé à la demande qui était formulée depuis longtemps, presque depuis son arrivée au pouvoir il y a trente ans, tant par l’opposition que par des proches du pouvoir, c’est-à-dire assurer une continuité en cas de crise grave.

C’est d’ailleurs ce qui était arrivé à Hosni Moubarak lui-même. Il était le vice-président du président Sadate quand ce dernier s’est fait tuer par un groupe extrémiste musulman. Cela a permis de contrôler très vite le pire alors qu’il y avait une insurrection extrémiste radicale.

De plus, Omar Souleimane est un militaire qui a une carrière exemplaire et cela flatte l’armée qui reste, jusqu’à aujourd’hui et encore plus que toujours, le principal soutien du régime de Moubarak. Omar Souleimane est le représentant du tout puissant Moukhabarat des services secrets, après avoir été aussi celui de l’armée. Donc c’est un homme qui est respecté, qui est craint et admiré par la majorité des Egyptiens car en Egypte, les services secrets jouissent d’un aura grâce aux guerres contre Israël.

Et puis Omar Souleimane a la réputation d’être un homme intègre et c’est aussi un homme des missions difficiles, des missions internationales difficiles. Il a été l’homme qui a essayé de faire la médiation entre le Hamas et le Fatah palestiniens, mais c’est l’homme aussi des missions difficiles auprès des Etats-Unis et aussi d’Israël.

Ces nominations ne convainquent pas la rue

Avec notre envoyée spéciale au Caire, Véronique Gaymard

Les réactions étaient quasi-unanimes, en tout cas parmi les personnes interviewées par RFI juste après cette annonce. Ils disent que Moubarak doit toujours partir, qu’il faut des élections ; c’est au peuple de choisir et il faut sortir du système. Or Omar Souleimane représente encore ce système. De nombreux manifestants réclament la démission de Hosni Moubarak et la dissolution du Parti national démocratique.

Tout au long de la journée, on entendait le slogan : « Moubarak dehors ! », un slogan plus vindicatif que la veille, qui demandait la chute du pouvoir au sens large. La mobilisation pourrait d’ailleurs se poursuive dimanche 30 janvier 2011, selon les personnes qui manifestaient toujours samedi soir.

La situation reste tendue dans la capitale

Le couvre-feu avait commencé à 16 heures (heure locale), mais deux heures plus tard, les rues étaient encore pleines de monde. Et puis, elles ont été désertées hormis quelques endroits comme la place Tahrir. Les rues du centre-ville se sont vidées brusquement lorsque l’armée a fait un communiqué en disant qu’elle ferait désormais respecter le couvre-feu à la lettre et qu’elle n’hésiterait pas à tirer sur les groupes qui se livrent au pillage.

De nombreux cambriolages ont été signalés notamment dans les quartiers les plus riches. Le retrait de la police des rues du Caire depuis vendredi soir 28 janvier a permis à des bandes de piller les commissariats où elles ont pu s’approvisionner en armes. Un numéro gratuit a été mis à disposition par l’armée pour signaler tout débordement et cambriolages qui se multiplient. Le plus important a eu lieu au musée égyptien du Caire samedi après-midi. Plusieurs salles ont été pillées dont celle du trésor de Toutankhamon. Mais des groupes de citoyens s’organisent de plus en plus pour éviter ces pillages. Et c’est d’ailleurs grâce à eux que toutes les pièces ont pu être récupérées.

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.