Republier
Tunisie Islam

L’opposant islamiste Rached Ghannouchi de retour en Tunisie

Arrivée du chef du parti islamiste tunisien Ennahda, Rached Ghannouchi, à l'aéroport de Tunis, le 30 janvier 2011.
© AFP/FETHI BELAID

Le chef du parti islamiste tunisien Ennahda est rentré en Tunisie ce dimanche matin 30 janvier 2011 depuis Londres. La fin de 20 ans d'exil pour Rached Ghannouchi qui avait été condamné en 1992 à la prison à perpétuité pour un complot. Il vient donc de bénéficier de la loi d'amnistie générale, qui est en passe d'être votée au Parlement. L’homme a été acclamé par ses partisans à son arrivée à l’aéroport.

Avec notre envoyée spéciale à l'aéroport de Tunis,

« Dieu est grand », scande la foule. Les organisateurs ont beau encourager les slogans nationalistes, rien à faire, c’est celui-là qui l’emporte. Et puis c’est l’hystérie collective, la cohue, Rached Ghannouchi vient d’arriver. Il est invisible, entouré par une dizaine d’armoires à glace avec casquettes blanches, et disparaît dans une foule en délire.

Au moins trois mille personnes sont là, qui sont venues assister à ce qui ressemble au retour du Messie. Les gens se poussent, se piétinent presque, pour tenter d’approcher celui qui était en exil depuis vingt-deux ans.

Dehors, finalement Rached Ghannouchi s’adresse à la foule. Il remercie les Martyrs de la Révolution d’abord, salue la révolution en cours en Egypte et rappelle qu’il est pour la liberté avant tout.

Notre dossier spécial
La Tunisie après Ben Ali

La liberté, c’est le mot qui revient le plus souvent parmi les gens qui ont fait le déplacement ce dimanche ; des hommes, beaucoup de femmes aussi qui portent le voile, venus de tout le pays. Ils sont un peu sur la défensive : « Nous ne sommes pas des terroristes, hurle une femme, on ne nous impose pas de porter le hijab ».

Rares sont ceux qui avouent espérer le retour de la loi islamique en Tunisie. La plupart disent seulement vouloir vivre en tant que musulman, avoir la liberté de s’exprimer et de s’inscrire dans le processus de transition démocratique. « Il y a de la place pour tout le monde dans ce pays, dit une femme, et aussi pour un parti islamiste ».
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.