L’Unesco demande la sauvegarde des musées et des trésors de l’Egypte

Le musée égyptien de la Nubie à Assouan représente un patrimoine culturel inestimable, héritage d'une longue série de pharaons.
© Unesco

« Les 120 000 pièces du musée égyptien du Caire sont inestimables. Elles représentent l’identité culturelle du peuple égyptien », s’est exclamée la directrice générale de l'Unesco, Irina Bokova dans son appel. Le 30 janvier 2011, pendant les manifestations anti-gouvernementales, deux momies de l’époque pharaonique ont été sévèrement endommagées lors d’une tentative de vol. L’Egypte compte sept sites inscrits sur la liste du patrimoine mondial.

Pendant que des centaines de milliers d'Egyptiens se rassemblaient encore ce mardi au Caire pour réclamer le départ du président Hosni Moubarak, l’Organisation des nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) a lancé un appel à la sauvegarde du patrimoine de l'Egypte, en proie à un soulèvement populaire contre le régime de Hosni Moubarak. La directrice générale de l’Unesco, Irina Bokova, a expliqué que « le patrimoine culturel égyptien, qu'il s'agisse de monuments ou d'objets, est une partie du patrimoine de l'humanité, transmise jusqu'à nous à travers les âges ». Bokova réclame des mesures pour protéger « les trésors » du pays, « au Caire, à Louxor et sur tous les autres site culturels ou touristiques ».

Sept sites égyptiens sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Est-ce qu’ils ont en danger ? « Nous n’en savons rien, admet Véronique Doge, responsable des unités du monde arabe au Centre du patrimoine mondial à l’Unesco. Nous n’avons pas d'informations spécifiques sur tel ou tel site. » Elle ajoute : « La première chose à faire, c’est faire garder les sites, d’empêcher que les gens puissent y entrer, que toutes les réserves soient fermées. Je ne pense pas que ce sont les sites archéologiques qui risquent le plus, ce sont plutôt les dépôts où l’on entrepose les objets issus des fouilles et recherches archéologiques. »

Entretemps, Dr. Zahi Hawass, l’ancien chef du Conseil suprême des antiquités égyptiennes (CSA), se montre rassurant. Nommé le 31 janvier ministre des Antiquités en Egypte, il est chargé de la protection de tout les monuments et musées égyptiens. « Tous les sites majeurs de l’Egypte (Louxor, Assouan, Saqqara, les pyramides de Khéops) sont sécurisés, déclare-t-il sur son blog. Les 24 musées en Egypte, aussi les musées copte et islamique à Caire, sont sécurisée. »

L’Unesco a joué un grand rôle dans la reconnaissance et la préservation du patrimoine  égyptien. Le Centre pour les études nubiennes au musée nubien d’Aswan et le musée national de la civilisation égyptienne au Caire ont été créés avec le soutien de l’Unesco. L’Organisation a également été impliquée dans la renaissance de la célèbre bibliothèque d’Alexandrie, détruite il a plus de 2000 ans, véritable référence pour la culture, l’éducation et les sciences dans les pays arabes. L’Egypte est membre des E9 (pays les plus peuplés) et a été l’un des premiers Etats de la région à mettre sur pied un comité national dans le cadre de l’Education pour tous (EPT).

Les sept sites culturels égyptiens inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco © Nasa/TerraMetrics/Unesco/RFI

 

Les septs sites égyptiens inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco

Abou Mena
Ville sainte paléochrétienne qui se trouve au sud d'Alexandrie, bâtie sur la tombe du martyr Ménas d'Alexandrie, mort en 296, a conservé son église, son baptistère, ses basiliques, ses établissements publics, ses rues, ses monastères, ses maisons et ses ateliers.

Le Caire historique
L'une des plus anciennes villes islamiques du monde, avec ses prestigieuses mosquées, ses medersa, ses hammams et ses fontaines. Fondé au Xe siècle, Le Caire islamique est devenu le nouveau centre du monde islamique et il a atteint son âge d'or au XIVe siècle.

Memphis et sa nécropole, les zones des pyramides de Guizeh à Dahchour
Le site était considéré dans l'Antiquité comme l'une des Sept Merveilles du monde. L'Horizon de Chéops est le nom donné à la tombe de ce pharaon, qui est la plus ancienne et la plus grande. Autour de la capitale de l'Ancien Empire égyptien subsistent d'extraordinaires ensembles funéraires avec leurs tombes rupestres, leurs mastabas finement décorés, leurs temples et leurs pyramides.

Monuments de Nubie d’Abou Simbel à Philae
Le musée de plein air de Nubie et Assouan représente un patrimoine culturel inestimable. Cette zone archéologique est jalonnée de monuments admirables, comme les temples de Ramsès II à Abou Simbel et le sanctuaire d'Isis à Philae, qui purent être sauvés lors de la construction du haut barrage d'Assouan grâce à une campagne internationale lancée par l'UNESCO en 1960 qui se poursivit jusqu'en 1980.

Thèbes antique et sa nécropole.
Des centaines de souverains, des pharaons aux empereurs romains, ont embelli la ville de monuments, d'obélisques et de sculptures. Capitale de l'Égypte au Moyen et au Nouvel Empire, Thèbes était la ville du dieu Amon. Avec les temples et les palais de Karnak et de Louxor, avec les nécropoles de la Vallée des Rois et de la Vallée des Reines, elle nous livre des témoignages saisissants de la civilisation égyptienne à son apogée. C'est parmi les tombes de la Vallée des Rois que deux explorateurs britanniques, lord Carnarvon et Howard Carter, découvrirent en 1922 une petite tombe qui devint bientôt la plus célèbre d'Égypte, celle du jeune pharaon Toutankhamon.

Zone Sainte-Catherine
Le monastère orthodoxe de Sainte-Catherine est situé au pied du mont Horeb où, dans l’Ancien Testament, Moïse aurait reçu les Tables de la Loi. La montagne est également connue et révérée par les musulmans qui l’appellent djebel Musa. La zone tout entière est sacrée pour trois grandes religions répandues dans le monde entier : christianisme, islam et judaïsme.

Wadi Al-Hitan
Wadi al-Hitan, la Vallée des baleines, dans le désert occidental de l’Égypte, contient des restes fossiles inestimables du plus ancien, et maintenant éteint, ordre des baleines archaeoceti. Ces fossiles représentent l’une des étapes les importantes de l’évolution : les débuts de la baleine en tant que mammifère marin après avoir été mammifère terrestre. C’est le plus grand site au monde témoignant de cette époque de l’évolution.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.