Gbagbo nomme un nouveau directeur du Conseil national de la presse - Afrique - RFI

 

  1. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  2. 08:30 TU Journal
  3. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  4. 09:00 TU Journal
  5. 09:10 TU Priorité santé
  6. 09:30 TU Journal
  7. 09:33 TU Priorité santé
  8. 10:00 TU Journal
  9. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  10. 10:30 TU Journal
  11. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  12. 11:00 TU Journal
  13. 11:15 TU Sessions d'information
  14. 11:30 TU Journal
  15. 11:33 TU Sessions d'information
  16. 12:00 TU Journal
  17. 12:10 TU Grand reportage
  18. 12:30 TU Journal
  19. 12:33 TU Sessions d'information
  20. 12:40 TU Accents d'Europe
  21. 13:00 TU Journal
  22. 13:10 TU Sessions d'information
  23. 13:30 TU Journal
  24. 13:33 TU Danse des mots
  25. 14:00 TU Journal
  1. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  2. 08:30 TU Journal
  3. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  4. 09:00 TU Journal
  5. 09:10 TU Priorité santé
  6. 09:30 TU Journal
  7. 09:33 TU Priorité santé
  8. 10:00 TU Journal
  9. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  10. 10:30 TU Journal
  11. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  12. 11:00 TU Journal
  13. 11:15 TU Sessions d'information
  14. 11:30 TU Journal
  15. 11:33 TU Sessions d'information
  16. 12:00 TU Journal
  17. 12:10 TU Grand reportage
  18. 12:30 TU Sessions d'information
  19. 13:00 TU Journal
  20. 13:10 TU Sessions d'information
  21. 13:30 TU Journal
  22. 13:33 TU Danse des mots
  23. 14:00 TU Journal
  24. 14:10 TU Autour de la question
  25. 14:30 TU Journal
fermer

Afrique

Côte d'Ivoire médias

Gbagbo nomme un nouveau directeur du Conseil national de la presse

media

En Côte d’Ivoire, le président du Conseil national de la presse (CNP) a été officiellement remplacé. Eugène Dié Kakou a été limogé par un décret présidentiel signé le 4 février par Laurent Gbagbo. L’organe de régulation de la presse écrite est désormais présidé par Débi Dally, l’ancien directeur de l’agence ivoirienne de presse. Par ailleurs, la nouvelle équipe qui l’entoure est très proche de la LMP.

Malgré la tension politique, les journaux ivoiriens proches du RHDP (le Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix) ont jusque-là conservé leur liberté de ton. Les opinions sont clairement exprimées et les formules acerbes ne manquent pas, mais aujourd’hui la donne semble en passe de changer.

Ouattara Gnonzié, le ministre de la Communication de Laurent Gbagbo, explique ce qu’il attend du CNP nouvelle formule (le Conseil national de la presse) : « C’est qu’il applique la loi. Il y en a qui pensent que le devoir d’un organe de régulation, c’est de défendre la liberté de la presse. C’est vrai, mais en même temps, son rôle principal c’est de faire en sorte que l’éthique soit respectée, mais surtout de faire en sorte que le lecteur ne soit pas victime du pouvoir de la presse ».

Après dix ans à la tête de l’organe de régulation de la presse écrite, Eugène Dié Kakou livre son sentiment : « Bon, ça peut être une mesure politique, mais moi personnellement je pense avoir bien fait mon travail. J’ai sanctionné dans tous les camps puisque chez nous, il y a des camps dans les journaux et dans tout. J’ai sanctionné partout ».

A la question de savoir s’il craignez aujourd’hui qu’il y ait davantage de sanctions financières de suspensions pour les journaux dits d’opposition, Eugène Dié Kakou répond : « J’espère que non, si non alors qu’est-ce qu’on ferait de la liberté de la presse ? Qu’est-ce qu’on ferait du fait qu’on s’est battu pour que pas un journaliste aille en prison pour ses écrits ».

A cette inquiétude, le ministre de la Communication de Laurent Gbagbo répond que dans le contexte actuel, la fin de la tolérance est une mesure d’autodéfense et que des appels à la sédition ou à l’insurrection devront désormais être durement sanctionnés.


Reporters sans frontières craint un recul de la liberté de la presse

« Le gouvernement de Laurent Gbagbo vient de procéder à un véritable accaparement du Conseil national de la presse, un organe pourtant reconnu pour son sérieux et son impartialité, a réagi Jean-François Julliard, secrétaire général de Reporters sans frontières. Etant donné la couleur politique des personnes qui viennent d'être cooptées par le camp Gbagbo pour assurer la direction du CNP, nous pouvons craindre que cette institution soit entièrement détournée de sa mission de régulation, et qu'à l'avenir elle sanctionne durement les médias et journalistes d'opposition mais protège en revanche la presse dite bleue, proche de Laurent Gbagbo ».


 

Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.