La justice rwandaise condamne l'opposant Bernard Ntaganda à la prison ferme

Photo non datée de Bernard Ntaganda.
© DR

Sous les chefs d’accusation d’atteinte à la sureté de l’Etat, appel à la division ethnique et organisation d'une manifestation non autorisée, Bernard Ntaganda, opposant Rwandais, a été condamné le 11 février 2011 par la Haute cour de Kigali à quatre ans de prison ferme. Arrêté en juin dernier, l’opposant a toujours clamé son innocence, affirmant que les poursuites engagées contre lui étaient politiquement motivées.

Bernard Ntaganda avait été arrêté le 24 juin 2010 après avoir annoncé sa candidature à l'élection présidentielle, prévue pour le mois d'août. Alors qu'une autre opposante Victoire Ingabiré était, elle aussi, interdite de se présenter, et qu'un troisième, André Kagwa Riserweka était retrouvé mort à la mi-juillet.

Paul Kagamé s'est donc retrouvé sans véritable rival, et s'est fait triomphalement réélire au mois d'août. Tout comme Victoire Ingabiré, Bernard Ntaganda a été accusé de divisionnisme et d'appel à la haine ethnique.

Deux journalistes condamnés la semaine dernière

Selon le procureur qui avait requis dix ans contre lui, « le fait de dénigrer l'autorité de l'Etat peut mener la population à se soulever ». Mais Amnesty International dénonce la tendance à la criminalisation de l'opposition et réclame la libération inconditionnelle de Bernard Ntaganda.

Selon l'organisation de défense des droits de l'homme, « la tendance croissante au Rwanda à condamner les individus pour atteinte à la sécurité nationale parce qu'ils ont critiqué le gouvernement est profondément préoccupante ». La semaine dernière deux journalistes rwandais, Agnès Uwimana et Saidati Mukakibibi, ont été condamnés respectivement à dix-sept et sept ans de prison pour avoir publié des articles critiques envers le pouvoir à la veille des élections.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.