Tunisie : l’ex-président Ben Ali entre la vie et la mort - Afrique - RFI

 

  1. 17:40 TU Débat du jour
  2. 18:00 TU Journal
  3. 18:10 TU Grand reportage
  4. 18:30 TU Sessions d'information
  5. 19:00 TU Journal
  6. 19:10 TU La bande passante
  7. 19:30 TU Journal
  8. 19:40 TU La bande passante
  9. 20:00 TU Journal
  10. 20:10 TU Couleurs tropicales
  11. 20:30 TU Journal
  12. 20:33 TU Couleurs tropicales
  13. 21:00 TU Journal
  14. 21:10 TU Accents d'Europe
  15. 21:30 TU Journal
  16. 21:33 TU Danse des mots
  17. 22:00 TU Sessions d'information
  18. 22:30 TU Sessions d'information
  19. 23:00 TU Journal
  20. 23:10 TU Autour de la question
  21. 23:30 TU Journal
  22. 23:33 TU Autour de la question
  23. 17:52 TU Sessions d'information
  24. 18:00 TU Journal
  25. 18:10 TU Grand reportage
  1. 17:40 TU La bande passante
  2. 18:00 TU Journal
  3. 18:10 TU Grand reportage
  4. 18:30 TU Sessions d'information
  5. 19:00 TU Journal
  6. 19:10 TU Décryptage
  7. 19:30 TU Journal
  8. 19:40 TU Débat du jour
  9. 20:00 TU Journal
  10. 20:10 TU Couleurs tropicales
  11. 20:30 TU Journal
  12. 20:33 TU Couleurs tropicales
  13. 21:00 TU Journal
  14. 21:10 TU Radio foot internationale
  15. 21:30 TU Journal
  16. 21:33 TU Radio foot internationale
  17. 22:00 TU Sessions d'information
  18. 22:30 TU Sessions d'information
  19. 23:00 TU Journal
  20. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  21. 23:30 TU Journal
fermer

Afrique

Tunisie Zine el-Abidine Ben Ali

Tunisie : l’ex-président Ben Ali entre la vie et la mort

media

 Zine el-Abidine Ben Ali est dans le coma après avoir été victime d'un AVC, accident vasculaire cérébral. Ses proches l'ont confirmé le 17 février. L'ancien président tunisien, 74 ans, a été hospitalisé à Djeddah, en Arabie Saoudite où il trouva refuge après avoir été chassé du pouvoir le 14 janvier dernier. Les autorités de transition n'ont pas confirmé l'information. Selon le porte-parole du gouvervement, il sera question de l'état de santé de Zine el-Abidine Ben Ali ce 18 février en Conseil des ministres.

La Tunisie après Ben Ali

C’est dans la plus grande discrétion, que Zine el-Abidine Ben Ali a été admis il y a trois jours à l'hôpital du roi Fayçal de Djeddah. Nulle trace de son nom dans le système informatique de l'établissement. C'est sous une fausse identité qu'il est soigné.

A 74 ans, l'homme aux cheveux toujours teints en noir soignait son apparence. On savait cependant à Tunis qu'il était atteint d'un cancer de la prostate. Il y a un an et demi, lors de la campagne électorale présidentielle, ses sorties se faisaient rares. II avait laissé, à sa femme toute puissante le soin de tenir ses meetings.

L’état du président, exilé en Arabie Saoudite depuis le 14 janvier, s’est brusquement aggravé après un AVC, un accident vasculaire cérébral, qui l'aurait rendu hémiplégique. Il a été hospitalisé sous un nom d'emprunt. Selon un de ses proches, il serait maintenant dans le coma. De source médicale, aucun membre de sa famille ne l'entoure, il est donc seul sur son lit d'hôpital.

Les dernières semaines au pouvoir de Zine el-Abidine Ben Ali ont été éprouvantes. Poussé par une vague de contestation, il a, contrairement à ses habitudes, multiplié les adresses à la nation, faisant à chaque fois de nouvelles concessions politiques.

Son dernier discours, il l'a même prononcé pour la première fois en dialecte tunisien dans l’espoir de reconquérir son peuple. C'était quelques heures avant de quitter le pays à contrecoeur.

A Tunis, on dit que l'ex-président a été durement éprouvé par sa fuite. Contraint de laisser derrière lui le pouvoir, et tous ses biens, il était durant les premières heures persuadé que son exil ne serait que temporaire.

Zine el-Abidine Ben Ali est père de six enfants. Ces derniers temps, il n'avait d'yeux que pour le dernier, son unique garçon, Mohamed âgé de 5 ans.

 Réactions en Tunisie

A l'annonce de la nouvelle, pas d'explosion de joie dans les rues de Tunis, mais pas de tristesse non plus. Certains y voient même une sanction divine. « Cela prouve qu'il y a une justice sur terre », estime en Tunisie le président de la Commission chargée de mener les réformes politiques. Il y a deux mois, le 17 décembre, mourrait Mohamed Bouazizi, le symbole de la « Révolution du jasmin ». Et justement, comme un symbole, la place du 7 novembre, la date de la prise de pouvoir de Ben Ali en 1987, vient d'être rebaptisée  du nom du jeune homme qui en s'immolant par le feu, avait lancé la révolte et provoquer sa chute.
 

Ces jeunes diplômées/chômeuses parlent d'une sanction divine.
Témoignages suite à l'annonce de l'hospitalisation Ben Ali 10/10/2013 - par David Thomson écouter


 

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.