L'Egypte demande le gel des avoirs de la famille Moubarak à l'étranger

Les spéculations vont bon train autour de la fortune d'Hosni Moubarak et de sa famille.
© AFP/ Khaled Desouki

Le procureur général d'Egypte a demandé lundi 21 février 2011 au ministère égyptien des Affaires étrangères de réclamer le gel des avoirs et des comptes de l'ex-président Hosni Moubarak à l'étranger, ainsi que ceux de son épouse Suzanne et de leurs fils.

Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

La décision du procureur concerne le raïs, son épouse, ses deux fils et leurs épouses. Des demandes pour le gel de leur fortune mobilière, immobilière et leurs avoirs bancaires à l’étranger seront faites par la diplomatie égyptienne. Une fortune difficile à évaluer.

Selon le journal britannique The Guardian, les Moubarak possèdent de 40 à 70 milliards de dollars alors que pour l’américain The New York Times on est entre deux à trois milliards de dollars. Trente millions de smic. Pas mal quand même.

Le raïs a visiblement prévu la procédure puisqu’il a procédé dimanche à une déclaration sur sa fortune personnelle où il n’était vraisemblablement pas question de milliards. Une déclaration qui n’a pas convaincu l’opposition qui y a vu une ruse.

Le gel des avoirs de Moubarak était réclamé par les manifestants depuis le début de la révolution du 25 janvier. Des révolutionnaires qui menacent de manifester mardi dans toute l’Egypte. La demande de gel des avoirs du raïs suffira-t-elle à désamorcer l’impatience des jeunes révolutionnaire ?

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.