En France, le ministre Patrick Ollier justifie son soutien passé à Mouammar Kadhafi


©

En France, le ministre chargé des Relations avec le Parlement, Patrick Ollier, est la cible de plusieurs critiques pour son soutien au Guide libyen Mouammar Kadhafi. Silencieux depuis le début des émeutes en Libye, le compagnon de Michèle Alliot-Marie, la ministre des Affaires étrangères, s'est défendu hier, mercredi 23 février 2011, sur le plateau de la télévision Public Sénat.

L'exercice était périlleux pour Patrick Ollier. Depuis les révélations dans la presse sur son voyage en Tunisie avec sa compagne Michèle Alliot Marie, le ministre s'était fait discret. Mais avec les massacres perpétrés en Libye par le colonel Kadhafi, Patrick Ollier avait l'obligation de s'exprimer.

On lui reproche entres autres son fervent soutien au guide libyen en tant qu'ancien président du groupe d'amitiés franco-libyennes, un poste qu'il assume totalement : « Regretter ce que j’ai fait ? Non ! Non, je ne regrette pas parce que je l’ai fait dans l’intérêt général. Je l’ai fait pour aider les victimes de l'UTA... Je l’ai fait pour aider à lutter contre le terrorisme. Je l’ai fait pour libérer les infirmières bulgares, etc., etc. Je ne peux pas regretter ce que j’ai fait ! », répète-t-il. 

Alors, s'il n'a pas de regrets sur ses relations commerciales avec le dictateur libyen, cela ne l'empêche pas de condamner fermement les massacres perpétrés ces derniers jours : « Ce que je regrette, c’est la dérive du colonel Kadhafi qui, sur le plan international, a tenu ses engagements. Il n’y a plus de problème de terrorisme avec lui, il n’y a plus quelque problème que ce soit. Mais, poursuit Patrick Ollier, sur le plan de la gestion interne de son pays, on se rend compte que malheureusement, la dérive meurtrière à laquelle il se livre aujourd’hui, est quelque chose de tout à fait scandaleux. Je plains, je compatis pour le peuple libyen. Et je dis : stop ! ».

Mais malgré ces déclarations, cette relation avec le régime libyen entache un peu plus une diplomatie française bien mal en point.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.