L’ex-président Ratsiraka laisse planer le doute sur son retour à Madagascar

L'ancien président malgache Didier Ratsiraka en août 2009 à Maputo, au Mozambique.
© REUTERS/Grant Lee Neuenburg

Après la tentative de retour raté de Marc Ravalomanana à Madagascar, c'est un autre ancien président, Didier Ratsiraka qui s’apprêterait à revenir au pays. Depuis quelques temps, il laisse planer le doute. Un possible retour qui n'est pas du goût des autorités malgaches. D'ores et déjà, elles ont envoyé une nouvelle note aux compagnies aériennes pour leur demander de ne pas embarquer l'ex-chef d'Etat à destination d'Antananarivo.

Le retour de Didier Ratsiraka pourrait-il créer des troubles à Madagascar comme disent le craindre les autorités. En tout cas, il modifierait forcément la donne politique. L’homme garde une certaine influence, ses positions peuvent être déroutantes, et il dit avoir deux à trois solutions pour régler les problèmes du pays. Des solutions, qu’il tient à présenter sur place.

Le régime de transition considère Ratsiraka comme dépassé, et visiblement préfère le savoir à Neuilly près de Paris plutôt qu’à Antananarivo où Tamatave, où il compterait s’installer. A propos de logement, c’était la principale raison officiellement avancée par son entourage pour expliquer qu’il ne soit pas encore revenu au pays.

L’ancien président exige qu’on remette en état, et qu’on lui restitue ses résidences, ce qui n’a pas encore était fait. « Il ne va pas quand même pas coucher à l’hôtel Colbert », s’indignait un de ses proches.

En novembre, Didier Ratsiraka s’était pourtant montré déterminé à rentrer. Il avait finalement remis à plus tard son retour, entre autres, à cause des problèmes médicaux de son fils. Aujourd’hui, quelle que soit sa motivation, la chose se complique avec cette interdiction d’embarquer qui creuse encore le fossé avec les autorités en place.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.