Le festival de Dakhla annulé pour cause de violences


© DR

Les autorités marocaines ont annoncé ce dimanche 27 février l'arrêt d'un festival de musique à Dakhla, au Sahara occidental, après des troubles qui ont fait samedi plus de 15 blessés et causé des dégâts matériels.

Tout à commencé dans la nuit de vendredi à samedi, à la fin du concert du chanteur Rouicha. Quelques centaines de jeunes, principalement du nord, sont partis à l’assaut d’Oum Tounsi, le quartier de Dakhla habité par les Sahraouis.

Selon des témoins, comme le chanteur français Yvan Le Bolloc'h, les attaques ont duré jusqu’à cinq heures du matin. Samedi matin, parmi des voitures calcinées et des maisons éventrées, une manifestation des habitants d’Oum Tounsi a eu lieu devant la mosquée de Dakhla. Elle a réuni femmes, enfants et jeunes, qui s’en sont pris aux militaires et à toute voiture officielle.

Des témoins de la violence vendredi soir ont parlé à RFI de plus de cent blessés légers. Contactée par des journalistes, la police a refusé de commenter les incidents.

Vers 16 heures, les manifestants ont attaqué les magasins du quartier provoquant une bataille rangée dans plusieurs rues de Dakhla. Les journalistes ont été tabassés et leur matériel volé par des policiers en civil.

La scène du concert a été partiellement brûlée par des jeunes hostiles à ce festival organisé par Rabat.
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.