Republier
Tunisie

Tunisie : Béji Caïd Essebsi, nouveau Premier ministre de la transition

Le nouveau Premier ministre de transition tunisien, Beji Caid Essebsi, le 18 juin 2009.
© AFP/Belaid

En Tunisie, Fouad Mebazza, le président par intérim a nommé l'ancien ministre Beji Caïd Essebsi à la tête du gouvernement. Il succède à Mohammed Ghannouchi qui a fini par céder à la pression de la rue. Ce dernier, perçu comme l'homme du président déchu Ben Ali, a démissionné le 27 février, emporté par 48 heures de contestations et de violences qui ont fait au moins cinq morts à Tunis, un mois et demi après la chute de Zine El Abidine Ben Ali.

Notre dossier spécial
La Tunisie après Ben Ali

Pour trouver un nouveau Premier ministre n’ayant pas servi sous Ben Ali, le président par intérim Fouad Mebazza est allé chercher très loin, une ancienne figure politique de l’après-indépendance tunisienne. Bien connu dans le pays, estimé par les anciens, ex-militant du Destour Béji Caïd Essebsi, 84 ans, connaît parfaitement les rouages de l’Etat.

A quatre reprises, il fut ministre sous Bourguiba, le père de l’indépendance.Entre 1965 et 1986. Cet avocat de formation endosse notamment les portefeuilles de la Défense, de l’Intérieur et des Affaires étrangères. Ancien de la Sorbonne à Pa ris, Béji Caïd Essebsi, connait bien la France également pour y avoir été ambassadeur dans les années 1970.

Face aux manifestants, le nouveau premier ministre aura peut-être, un atout celui

Pour aller plus loin

de s’être retiré de la vie politique cinq ans après l’accession au pouvoir de Ben Ali, alors qu’il était au perchoir, président de l’Assemblée nationale tunisienne. Une époque peut-être lointaine pour une partie de la jeunesse tunisienne qui vient tout juste de faire tomber son prédécesseur en descendant dans la rue. 

Akhmed Nejib Chebbi, fondateur du PDP parti d'opposition, ministre du Développement local dans le gouvernemnt de transition, cette nomination apporte un vrai leader à ce gouvernement de transition.

C'est un monsieur connu pour son libéralisme politique, pour son pragmatisme.

Akhmed Nejib Chebbi, fondateur du PDP parti d'opposition, ministre du Développement local dans le gouvernemnt de transition
28-02-2011

Le Tunisien de la rue n'est pas du même avis, tel Ali Lafin, un jeune qui suit le mouvement depuis le début. Pour lui, la nomination de Beji Caïd Essebsi est une déception. « C'est bizarre, cette tendance a nommé des vieux. Pour moi, il ne peut pas incarner le changement. Sans une nouvelle Constitution, le changement n'a pas de sens...». Pour d'autres, « la révolution n'est pas encore terminée ».

La réaction des Tunisiens
28-02-2011

Beji Caïd Essebsi, l’homme de la situation?

A la Casbah de Tunis, l'annonce de la nomination de Beji Caïd Essebsi à la tête du gouvernement de transition n'a pas convaincu. Pire, elle a renforcé la détermination des manifestants à lutter pour un nouveau régime.
« Ce gouvernement est un prolongement du régime de Ben Ali explique un des organisateur du siting de la Casbah. Le changement de Premier ministre ne change rien. Nous voulons une rupture totale avec le passé. Donc la résistance continue.

Pour Vincent Geisser, chercheur spécialiste de la Tunisie, il y a aujourd’hui deux conceptions du changement : le compromis pragmatique, incarné par le gouvernement de transition et la recherche d'une véritable rupture avec le passé.

Cette rupture est incarnée par la rue, par la jeunesse mais aussi par une certaine opposition démocratique, politique et syndicale. C'est elle qui vient de faire tomber le Premier ministre sortant Mohamed Ghannouchi.

Pour ces Tunisiens, l'organisation d'élections générales est insuffisante. « On veut aller plus loin, on veut une démocratie, on veut une Constituante », estiment ces partisans de la rupture radicale. La nomination de Beji Caïd Essebsi ne les a pas convaincus. A moins que ce dernier entende la rue et s'engage très clairement sur un changement de la Constitution, et une rupture avec l'ancien régime.

Selon un membre du gouvernement de transition, ces questions seront débattues dans les prochains jours.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.