Violence à Treichville lors d'une marche des femmes du RHDP


©

La situation reste toujours tendue en Côte d'Ivoire. Sur le front ouest, aucun combat n'a jusque-là été signalé ce mardi 8 mars 2011. En revanche à Abidjan, suite à une marche des femmes du RHDP, des violences ont été signalées cet après-midi à Treichville où quatre personnes ont été tuées. Le calme ne revient pas en Côte d'Ivoire alors que l'Union africaine se réunit jeudi à Addis-Abeba pour évoquer la crise.

Les femmes du RHDP avaient déjà achevé leur marche, elles étaient alors en train de prier à l'église Jeanne-d'Arc pour la mémoire de leurs sœurs tombées à Abobo la semaine passée, lorsque la tension est subitement montée à Treichville.

Les raisons de cette flambée de violence ne sont pas encore clairement établies mais d'après plusieurs sources la situation a dégénéré après qu'un Libanais ait tiré sur un manifestant. Dans la foulée, des jeunes de Treichville ont attaqué des magasins appartenant à des membres de la communauté libanaise.

Des barricades ont été érigées, des pneus ont été brûlés, un car de la police aurait été incendié et les forces de défense et de sécurité sont intervenues sans ménagement. En fin d'après-midi, de source médicale, le bilan de cette journée de violence à Treichville était de 4 personnes tuées par balle, 3 hommes et une jeune femme, et d'une vingtaine de blessés.

A Abobo, également des tirs ont été entendus en début d'après-midi. Selon des témoins sur place, alors que les femmes pro-Ouattara avaient terminé leur rassemblement, un blindé des forces de défense et de sécurité a traversé la commune en lâchant des rafales de mitrailleuses.

Enfin à Port Bouet, les femmes du RHDP n'ont pas pu effectuer leur marche. Dès le matin, elles ont été dispersées par des étudiants favorables à Laurent Gbagbo.