Republier
France Libye

Paris reconnaît officiellement le Conseil national de transition libyen

Nicolas Sarkozy en compagnie de deux émissaires du Conseil national de transition (CNT) libyen, le 10 mars 2011.
© Reuters/Gonzalo Fuentes

En Libye, les rebelles perdent du terrain devant les troupes pro-Kadhafi. Ils ont fui la ville de Ras Lanouf, jeudi 10 mars 2011, cible de roquettes. Ils ont quitté les lieux, s'entassant dans des dizaines de véhicules, selon des témoins. Malgré ce revers ils gardent le contrôle d’une bonne partie de l’ouest du pays et notamment Benghazi, fief de la révolution. C’est dans cette ville que siège le Conseil national de transition, constitué d'opposants au régime du colonel Mouammar Kadhafi. Un Conseil que la France vient de reconnaître officiellement.

Après cette rencontre avec le président Sarkozy, je peux dire que la France a reconnu le Conseil national transitoire comme étant le représentant légitime du peuple libyen.

Ali Essaoui
10-03-2011

La France reconnaît le Conseil national de transition (CNT) comme le seul « représentant légitime du peuple libyen » et Paris enverra prochainement à Benghazi un ambassadeur. Cette déclaration est signée Ali Essaoui, l’un des trois émissaires du CNT, à l'issue d'un entretien ce mardi matin avec le président Nicolas Sarkozy.

Une information immédiatement confirmée par l'Elysée, faisant de la France le premier pays à reconnaître ce mouvement qui réunit l'opposition au régime du colonel Kadhafi.

L'échange prochain d'ambassadeurs entre Paris et Benghazi a également été confirmé par l'Elysée car dans la foulée, l'émissaire des insurgés a aussi annoncé que « sur la base de cette reconnaissance, nous allons ouvrir une représentation diplomatique, donc notre ambassade à Paris, et un ambassadeur de France sera envoyé à Benghazi ». Pour Ali Essaoui, « cet ambassadeur sera installé de façon transitoire à Benghazi, avant de retourner à Tripoli ».

Cette reconnaissance intervient à la veille d'un sommet exceptionnel des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne, vendredi à Bruxelles. Sommet au cours duquel le président Nicolas Sarkozy doit proposer un « plan global » sur la crise libyenne.

La riposte du colonel Kadhafi, que Nicolas Sarkozy avait reçu en grande pompe fin 2007 à Paris, n'a pas tardé. Les autorités de Tripoli ont menacé Paris de rompre les relations diplomatiques. Et l'agence officielle Jana a menacé Nicolas Sarkozy de révéler un « grave secret », en lien avec « le financement de sa campagne électorale ».

Nous avons constaté que nous étions en phase [avec notre homologue allemand] pour dire que le colonel Kadhafi s’était discrédité, qu’il devait partir.

Alain Juppé
10-03-2011

A Benghazi, fief de la rébellion, la vie reprend son cours

Avec notre envoyée spéciale à Benghazi,

Depuis la fenêtre d’un bâtiment lépreux, avec un porte-voix, les volontaires lancent des slogans que la foule reprend en chœur. Sur la corniche de Benghazi, face aux vagues de la Méditerranée, la petite place ne désemplit pas. On y vient en famille, avec les drapeaux noués sur les épaules ou dessinés sur les joues, distribution de thé sous une tente, des crayons de couleurs sous une autre, où les enfants sont invités à dessiner la nouvelle Libye.

On se promène, on chante, on prie, et surtout on parle. On dit tout ce que l’on a tu pendant plus de quarante ans : « Kadhafi c’est un chien ! C’est un âne ! ». Des enfants jouent sur un char abandonné et couvert de graffitis. Des femmes défilent avec les photos, collées sur des cartons, des pères ou des maris qui sont morts ces derniers jours.

« On ne va plus au travail, dit cette institutrice. On enterre nos morts, on va aider à l’hôpital et on prépare à manger pour les gens. On a le courage dans notre cœur, parce qu’on n’a plus peur de lui ».

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.