Le camp Gbagbo rejette en bloc les recommandations du panel de l’UA


©

Alors que l’Union africaine a confirmé, jeudi 10 mars 2011, la victoire d’Alassane Ouattara à l’élection présidentielle, Laurent Gbagbo a rejeté cette décision comme toutes les conclusions du panel des chefs d’Etat médiateur. Des recommandations qui n’ont pas été rendues publiques mais qui ont suscité des réactions négatives de la part du camp du président sortant.

« Totalement inacceptables », c’est l’expression employée par Pascal Affi Nguessan pour qualifier les propositions du panel des cinq chefs d’Etat médiateurs dans la crise ivoirienne.

Selon l’émissaire de Laurent Gbagbo, le panel souhaite que le président sortant reconnaisse la victoire d'Alassane Ouattara à l'élection présidentielle. Il s'aligne donc sur les décisions de l'ONU, de l'UA et de la Cédéao.

Toujours selon Pascal Affi Nguessan, le panel n'a présenté aucun argument convainquant pouvant justifier une telle décision. Il ajoute par ailleurs que le rapport d'expert qu'il a pu consulter n'est pas lui plus convainquant.

En un mot, selon Pascal Affi Nguessan, si c'est pour rester sur les mêmes positions qu'il y a six semaine, il n'y avait pas besoin de nommer une commission d'expert, ni un panel de médiateurs.

Si l'on sait donc désormais que Laurent Gbagbo n'a pu infléchir la position africaine, on ignore encore le contenu des propositions contraignantes qui sont débattues au siège de l'Union africaine. En fin d'après-midi, Pascal Affi Nguessan s'accrochait encore aux conclusions du Conseil de paix et de sécurité pour obtenir un assouplissement de la position africaine.