Le roi du Maroc répond à la rue


©

Au Maroc, Mohammed VI n’a fait aucune allusion aux manifestations du 20 février dans plusieurs villes du royaume, mais de façon indirecte, il a répondu à la demande centrale de la rue. Dans un discours à la nation marocaine, le 9 mars, il a annoncé une réforme constitutionnelle générale. Cette révision vise à renforcer les pouvoirs du Premier ministre et des partis politiques dans le pays. Une commission ad hoc doit rendre ses conclusions au roi d'ici au mois de juin.  

Avec notre correspondante à Casablanca,

Dans un discours solennel à la nation, le roi du Maroc a annoncé qu'un « projet » de nouvelle Constitution serait soumis prochainement à un « référendum populaire ». Mohammed VI a énuméré sept fondements de ses réformes démocratiques, dont la reconnaissance constitutionnelle pour la première fois de la composante berbère « amazigh », le « renforcement du statut du Premier ministre », et « la volonté d'ériger la justice en pouvoir indépendant ».

Mohammed VI veut aussi que soit renforcé le statut des partis politiques dans le cadre de cette prochaine réforme constitutionnelle. Le constitutionnaliste marocain Abdelatif Menouni aura la présidence de la commission chargée de réviser la Constitution.

Pour la première fois hier, le monarque a commencé à lâcher un peu de son pouvoir. Même si Mohammed VI reste le chef de l'État et le commandeur des croyants, beaucoup espèrent que ces annonces ouvrent un nouveau chapitre démocratique.
Discours du roi Mohammed VI
10-10-2013 - Par Léa-Lisa Westerhoff

Interrogés sur ce discours et son impact, deux jeunes journalistes marocains de l'hebdomadaire Actuel livrent leurs impressions. Pour Meriem : « C’est historique(…). C’est une nouvelle page de l’histoire du Maroc qui est en train de s’écrire. Et en tant que jeune, je pense que le roi a été à la hauteur. On avait des espoirs, on n’a pas été déçu ».

« Pour moi, dit Zacharia, c’est la véritable révolution du roi et du peuple. Du coup, le roi entend les réclamations de la rue, il réagit par rapport à cela en mettant un référendum, une réforme constitutionnelle incluant plus de pouvoir au Premier ministre, plus de pouvoir au Parlement, en incluant les recommandations de l’instance équité et réconciliation, c'est-à-dire la fin de l’impunité, en insistant sur la justice, en préconisant la constitutionnalisation de l’amazigh. C’est un discours très fort avec un Conseil constitutionnel qui doit donner des réponses en juin et qui peut faire preuve de créativité, c’est-à-dire qu’il peut aller au-delà de tout ce qu’a dit le roi. Je pense qu’après ce discours, un retour en arrière n’est pas du tout envisageable. Donc le train des réformes est lancé véritablement, et normalement, à terme, on devrait avoir une monarchie à l’anglaise».

Le discours de Mohammed VI était le premier après les manifestations du 20 février dans plusieurs villes du royaume, organisées via internet pour réclamer des réformes politiques « profondes ». Le mouvement de jeunes à l'origine de ces manifestations a récemment appelé, sur le réseau social Facebook, à de nouvelles manifestations le 20 mars prochain.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.