Republier
Bénin

Le ton monte au Bénin dans l'attente des résultats du premier tour de la présidentielle

Un électeur glisse son bulletin dans l'urne, le 13 mars 2011, à Cotonou, lors du premier tour de la présidentielle au Bénin.
© AFP/Pius Utomi Ekpei

L'impatience est perceptible au Bénin, alors que résultats du premier tour de l'élection présidentielle du dimanche 13 mars ne sont toujours pas connus. L'opposant Adrien Houngbedji parle de fraudes et assure qu'il y aura un second tour, alors que dans le camp du président sortant Boni Yayi, on crie déjà victoire.

Il n'y a toujours pas de résultats du premier tour de l'élection présidentielle et dans l’attente d’une clarification par la Commission électorale nationale autonome (Cena), les esprits commencent à s’échauffer.

Adrien Houngbedji, opposant « historique », monte au créneau, dénonçant « des fraudes » favorisées, selon lui, par la non-publication avant le scrutin de la liste électorale et de la liste des bureaux de vote. Il souligne également que, d’après les chiffres officiels, seuls 84 000 laissés pour compte de la liste électorale ont pu être finalement repêchés sur les 283 000 citoyens recensés. Mais surtout, le candidat de «l’Union fait la Nation», reproche au pouvoir en place de « véhiculer l'idée (…) que [le chef de l’Etat] aurait gagné les élections dès le 1er tour ».

« Ce sont des manœuvres pour préparer l’opinion à un hold-up électoral », s'indigne Adrien Houngbedji. Selon l’opposant, il ne fait aucun doute qu'il y aura bien un 2e tour. « Nous avons des tendances qui montrent que nous avons la majorité dans différent départements (…). Toutes tendances qui, conclue-t-il, prouvent que nous sommes en première position, que nous devançons, Yayi Boni et qu’il y aura donc un deuxième tour ».

Le camp présidentiel se dit en tête

Dans le camp présidentiel, Marcel De Souza, porte-parole du président sortant, dément toute manipulation, tout en soufflant le chaud et le froid. « Au vu des tendances que nous avons, un second tour est difficilement envisageable. Les résultats que nous avons sont largement favorables au candidat Boni Yayi», affirme-t-il. Dans le même temps, il invite « tous les candidats à la sérénité ». « Il y a, dit-il, des institutions telles que la Commission électorale nationale autonome, qui doit donner les grandes tendances, et la Cour constitutionnelle, qui doit donner les résultats définitifs (…) pour que nous accueillions les résultats comme de bons perdants et de bons gagnants ».

Parmi les candidats au premier tour de la présidentielle, le candidat Abdoulaye Bio Tchané est également très critique sur le déroulement du premier tour de cette présidentielle. Il évoque des fraudes massives, des achats de consciences « à coup de millions de franc CFA », des bourrages d’urnes et des « dizaines de bureaux fictifs » qui ont, selon lui, « certainement faussé les résultats de cette élection ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.