Republier
Égypte

En Egypte, dissolution de la Sécurité de l’Etat

Des dossiers détruits retrouvés au quartier général de la Sécurité d'Etat égyptienne.
© Wikimedia Commons

Le ministère égyptien de l'Intérieur a annoncé mardi 15 mars 2011 la suppression de la Sécurité de l'Etat, un organisme considéré comme un des piliers du régime de l’ex-président Hosni Moubarak. Le ministre de l'Intérieur Mansour al-Issawi a décidé de créer une nouvelle institution en matière de sécurité, appelée « Sécurité nationale », avec pour objectif de « préserver la sécurité du pays et de lutter contre le terrorisme ».

Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

La dissolution de « Mabahess Amn el Dawla » a été bien accueillie par l’opinion publique égyptienne et surtout par le courant islamiste. Ce dernier était en effet devenu la cible principale de cette police politique depuis l’accession de l’ex-président Moubarak au pouvoir en 1981.

C’est cette police qui a procédé aux milliers d’interrogatoires souvent musclés de Frères musulmans sans oublier les prisonniers envoyés par les Américains pour que des informations leur soient arrachées par la torture. Les Amn Dawla avaient aussi des dossiers sur tout le monde, des hommes d’affaires aux politiciens en passant par les journalistes.

Cinquante officiers arrêtés

Des dossiers que les Amn Dawla cherchaient à détruire quand leurs quartiers généraux ont été attaqués il y a une dizaine de jours par des manifestants. Le chef de la police de la Sécurité de l’Etat ainsi qu’une cinquantaine d’officiers ont été arrêtés et sont interrogés au sujet des violences contre les révolutionnaires.

Les Amn Dawla seront remplacés par une « Force nationale de sécurité » chargée de défendre le « front intérieur » et de combattre le terrorisme. Après les islamistes, les contre-révolutionnaires pourraient être la nouvelle cible.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.