Libye : combats à Benghazi, l'intervention internationale se prépare

De la fumée noire s'élève au sud-ouest de Benghazi suite à des bombardements intensifs, le 19 mars 2011.
© AFP/PATRICK BAZ

Des bombardements intensifs secouaient dans la matinée de ce 19 mars le sud-ouest de Benghazi, fief de la rébellion dans l'est de la Libye, et un avion militaire a été abattu au-dessus de la ville. Selon l’agence officielle Jana, ce sont les forces libyennes qui ont été attaquées à l'ouest de Benghazi. La communauté internationale se réunit aujourd'hui à Paris pour élaborer une opération militaire internationale. Une intervention est possible « juste après le sommet ».

Un avion de chasse a été abattu ce samedi matin au-dessus de Benghazi, ce serait un Mig 23 d'après des journalistes de l'Agence France presse, ils l'avaient vu passer au-dessus de la ville à plusieurs reprises. Et à entendre les explosions, l'avion aurait largué des bombes au sud-ouest de Benghazi. Certains journalistes ont vu aussi le pilote s'éjecter. L'avion est tombé en vrille sur une zone d'habitation du sud de Benghazi où il a explosé. Reste à savoir par qui l'avion a été abattu.

Des habitants de Benghazi assurent qu'ils ont entendu des explosions à l'aube, des tirs terrestres à une vingtaine de kilomètres de la ville d'après eux.

Partout à Benghazi il y a des bombes.
Témoignage de deux Libyens ayant fui Benghazi
10-10-2013 - Par Manu Pochez

Khaled Kaïm, vice-ministre libyen aux Affaires étrangères
10-10-2013

Tripoli nie tout en bloc, mettant ces bruits de canons au compte des insurgés. Mouammar Kadhafi va quand même avoir du mal à tenir cette position. Hier à Washington, Hillary Clinton, n'a pas mâché ses mots. Elle a souligné que l'objectif final de la résolution 1973, c'est purement et simplement le départ de Kadhafi. Dès l'annonce du vote, à la mi-journée, Tripoli aux abois avait proclamé un cessez-le-feu immédiat et avait même promis que les forces arrivées aux abords de Benghazi n'entreraient pas dans la ville. Il va falloir le prouver.

Ceux qui soutiennent la résolution et en particulier la France sont « prêts » pour des frappes contre la Libye a affirmé hier le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé. A Paris, ce 19 mars, un sommet de crise va être l'occasion de dernières mises au point techniques.

Gérard Aro, ambassadeur de France à l'ONU
10-10-2013

C'est un sommet  décisif qui va réunir  en début d'après-midi des représentants de l'Union européenne, de la Ligue arabe et de l'Union africaine. Les premières frappes pourraient en effet intervenir dans les heures qui suivront. Il s'agira en effet dans cette réunion d'engager formellement les partcipants et de distribuer également les rôles dans les opérations militaires.

Après avoir arraché de haute lutte l'adoption de la résolution, la diplomatie française attache une importance cruciale à l'engagement au moins diplomatique de la Ligue arabe et de l'Union africaine. Paris souligne qu'il n'est pas question d'occupation de la Libye. Le texte exclut toute forme de déploiement terrestre de forces étrangères. Cela peut rassurer aussi l'Allemagne qui s'est abstenue au Conseil de sécurité. Mais la chancelière Angela Merkel a annoncé sa venue au sommet de Paris.

Par ailleurs, la résolution autorise les membres à « prendre toute mesure » pour faire respecter l'interdiction de tous les vols dans l'espace aérien de la Libye, en particulier ceux de la flotte militaire libyenne. En clair, c'est un feu vert donné à la destruction de l'aviation militaire libyenne. Il va falloir aussi s'entendre sur le niveau de protection des civils libyens et donc sur des éventuelles interventions pour empêcher la circulation du matériel militaire libyen au sol.

Des avions de combats français et ou britanniques pourraient même être envoyés dès ce matin pour un survol de la Libye en forme de signal. L'Italie propose sa base aérienne d'Aviano et suggère que Naples serve de centre de coordination. Naples où siège l'un des principaux centres de commandement de l'Otan. Le Qatar aussi a offert une contribution militaire qui donnerait une touche arabe à la coalition qui s'organise.  

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.