L'évolution de la situation en Libye: les forces françaises lancent l'intervention militaire internationale

L'avion militaire français décolle de la base de Saint-Dizier pour la Libye, le 19 mars 2011.
© REUTERS/ECPAD/Sebastien Dupont

« Aujourd'hui, nous intervenons en Libye sur mandat du Conseil de sécurité de l'ONU » : la déclaration du président français à la sortie de la réunion sur la Libye à Paris, ce samedi 19 mars 2011, ne laisse plus de doute. L’action militaire internationale est en cours. Une opération baptisée Odyssey Dawn que l'on peut traduire par Aube de l'Odyssée. Des avions français survolent le ciel libyen et ont déjà ouvert le feu. Ils sont prêts à empêcher des attaques aériennes et à intervenir contre les blindés de Mouammar Kadhafi. « Il est temps de passer à l’action », a pour sa part déclaré le Premier ministre britannique, David Cameron.

02h06 (01h06 GMT) : l'aviation britannique a lancé des raids aériens en Libye, annonce Londres

01h38 (00h38 GMT) : des tirs de la défense antiaérienne libyenne entendus à Tripoli

01h30 (00h30 GMT) : les frappes aériennes de la coalition ont fait 48 morts et 150 blessés «dans des zones civiles», déclare la télévision libyenne

01h30 (00h30 GMT) : la défense antiaérienne à la résidence de Kadhafi est entrée en action

00h34 (23h34 GMT) : la Libye ne coopérera plus avec l'Europe sur l'immigration clandestine (TV)

00h23 (23h23 GMT) : le régime libyen considère nulle la résolution 1973 après les raids occidentaux

00h06 (23h06 GMT) : la Libye demande une réunion urgente du Conseil de sécurité de l'ONU

00h00 (23h00 GMT) : les défenses antiaériennes de la Libye fortement endommagées, selon un responsable américain.

22h46 (21h46 GMT) : Mouammar Kadhafi annonce que les dépôts d’armes sont ouverts pour défendre la Libye et que la Méditerranée est devenue « un vrai champs de bataille ». Il menace d'attaquer les civils et les militaires dans la région et ajoute que les intérêts des pays de la Méditerranée et d’Afrique du Nord sont désormais en danger. Cette opération militaire est, pour le guide libyen, une « agression croisée injustifiée ».

22h23 (21h23 GMT) : Pour la télévision al-Jazeera, les frappes occidentales ont visé la base aérienne de Mitiga qui se trouve près de Tripoli. Une information confrimée par des habitants.

22h18 (21h18 GMT) : Une allocation de Mouammar Kadhafi est attendue sous peu.

22h18 (21h18 GMT) : Un responsable français annonce que l’opération américano-franco-britannique est « coordonnée » d’un QG américain basé en Allemagne.

22h12 (21h12 GMT) : Des bombardements ont lieu à Syrte qui est la ville natale de Mouammar Kadhafi (média officiel).

21h56 (20h56 GMT) : Un avion français aurait été abattu selon la télévision libyenne. Une information démentie par le porte-parole de l'état-major français. Alors qu’un responsable du régime de Kadhafi a qualifié l’opération militaire occidentale « d’agression barbare » estimant qu’il y avait de « nombreuses victimes » et de « graves dégâts matériels ».

21h26 (20h26 GMT) : Les forces américaines et britanniques annoncent avoir déjà tiré plus de 110 missiles Tomahawk contre les objectifs libyens.

21h17 (20h17 GMT) : Les forces occidentales auraient visé des dépôts de carburant alimentant la ville de Misrata, selon la télévision libyenne qui cite un porte-parole de l’armée régulière.

21h14 (20h14 GMT) : Le président américain lors d’une déclaration, en marge de son voyage officiel au Brésil, lance un nouvel avertissement à Mouammar Kadhafi. Pour Barack Obama, le guide libyen a continué d’attaquer son peuple, ajoutant que « les actes ont des conséquences ».

20h57 (19h57 GMT) : La coalition va prendre pour cible les défenses antiaériennes libyennes dans les secteurs de Tripoli et de Misrata, selon un responsable militaire américain.

20h53 (19h53 GMT) : La Grande-Bretagne, par la voix de son Premier ministre David Cameron, annonce avoir commencé ses actions militaires dans le ciel de la Libye.

20h52 (19h52 GMT) : La télévision libyenne annonce pour sa part que des civils auraient été la cible de raids aériens des forces occidentales.

20h49 (19h49 GMT) : Selon la chaîne de télévision CNN, les Etats-Unis auraient commencé leur action militaire en Libye. Un bâtiment de guerre américain serait en train de tirer des missiles de croisières.

20h48 (19h48 GMT) : Le comité de l’Union africaine se déclare contre une intervention militaire en Libye.

20h30 (19h30 GMT) : Des témoins annoncent avoir entendu un forte explosion à l’est de Tripoli.

A Tripoli, une foule de Libyen s’est rassemblée, ce samedi, devant le QG de Mouammar Kadhafi en prévision des frappes françaises, selon des images diffusées par la télévision d’Etat.

20h12 (19h12 GMT) : Lors d’une intervention à la télévision française, le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé a déclaré qu’il y avait peu d’espoir que le colonel Kadhafi se plie à l’ultimatum de la communauté internationale. Il a par ailleurs ajouté que les opérations se poursuivront dans les jours à venir.

C'est une victoire des Nations-Unies (...) avec un mandat clair : faire respecter les décisions et protéger les populations civiles.

Discours d'Alain Juppé
19-03-2011

20h02 (19h02 GMT) : Le Pentagone informe que l’US Navy dispose de trois sous-marins en Méditerranée qui préparent des actions contre la Libye.

A Tobrouk, les Libyens ont accueilli avec joie les premiers avions français dans le ciel libyen :

19h12 (18h12 GMT) : La Russie regrette l’intervention militaire étrangère en cours en Libye.

18h51 (17h51 GMT) : Le responsable français des armées confirme que les avions français opérant au-dessus de la Libye ont détruit plusieurs blindés des forces fidèles à Kadhafi.

18h49 (17h49 GMT) : Au Venezuela, Hugo Chavez juge « irresponsable » l’intervention armée en Libye.

18h46 (17h46 GMT) : Robert Gates, le secrétait américain à la Défense annonce avoir reporté son départ en Russie pour suivre l’évolution de l’action militaire.

Le dispositif français engagé en Libye
19-03-2011

18h43 (17h43 GMT) : l’armée de l’air française aurait détruit quatre chars des forces loyales de Kadhafi au sud-ouest de Benghazi, selon la chaîne de télévision al-Jazeera.

17h45 (16h45 GMT) : les avions français ouvrent le feu sur un véhicule militaire en Libye.

15h30 (14h30 GMT) : Suite au sommet de Paris, Nicolas Sarkozy annonce le lancement des opérations militaires

Ce rendez-vous de l’Elysée est un franc succès pour le président français Nicolas Sarkozy. Une quinzaine de chefs d’Etat et de gouvernement, plusieurs dirigeants d’organisations internationales dont Ban Ki-moon et Amr Moussa, respectivement secrétaire général des Nations unies et de la Ligue arabe, ont fait le déplacement de Paris.

Et ce sommet, qu’on peut qualifier de véritable conseil de guerre, vient de prendre des mesures concrètes pour la mise en application de la résolution 1973 votée jeudi par le Conseil de sécurité. Cette résolution autorise désormais des frappes en Libye.

Dans sa déclaration à la fin du sommet, d’un ton grave, Nicolas Sarkozy a réaffirmé que tous les moyens nécessaires, notamment militaires, sont prêts pour protéger le peuple libyen. Rappelant l’ultimatum lancé par la coalition au colonel Kadhafi, mais ignoré par ce dernier, il assure que des avions français, bientôt rejoints par d’autres, feront appliquer la résolution des Nations unies.

Pour Nicolas Sarkozy, l’heure n’est plus à la diplomatie : « La porte de la diplomatie se rouvrira au moment où les agressions cesseront ».

Point sur le terrain

Houda Ibrahim
19-03-2011

Benghazi a retrouvé un semblant de calme en milieu d'après midi. L'envoyé spécial du Guardian fait état de détonations sporadiques. Chris Mac Grill affirme que les insurgés ont repoussé les blindés de Kadhafi à la périphérie de la ville, mais les rebelles redoutent de nouvelles offensives. Ils redoutent aussi que les forces du vieux guide encerclent la ville et asphyxient les insurgés.

Dès l'aube les forces pro Kadhafi ont tenté des incursions dans le sud et le sud ouest de Benghazi, les bombardements intensifs ont duré plusieurs heures. Des témoins et des journalistes ont signalé des tirs de rockets aux abords de l'université et d'une caserne militaire.

L'hôpital al-Jalal de Benghazi, selon al-Jazeera, a comptabilisé 26 morts et plus de quarante blessés suite aux bombardements à Benghazi, où un avion de chasse a été abattu ce matin. Il a fait une vrille avant de s’écraser sur des immeubles du sud de la ville.

Le chef du Conseil national de la transition a affirmé qu'il s'agissait d'un avion appartenant aux rebelles. On n'en sait pas plus les lignes téléphoniques sont brouillées depuis avant hier à Benghazi.

Les insurgés à Misrata, une ville située en Syrte et Tripoli, disent avoir repoussé cet après-midi, les chars de Kadhafi à l'extérieur de la ville. Mais ils sont menacés par des snipers postés sur les toits des immeubles. Khaled Ashidani, un habitant de Misrata joint à l'instant, s'est félicité de l'allocution du président Nicolas Sarkozy, qu'il a regardé avec ses amis à la télévision.

« Nous sommes reconnaissant », a-t-il dit, « bravo la France, bravo l'Angleterre, venez nous libérer du tyran Kadhafi ». L’annonce de frappes aériennes imminentes contre des blindés, est donc favorablement accueillie par les insurgés de cette ville qui est le théâtre d'affrontements meurtriers depuis plusieurs jours.

Nous intervenons pour permettre au peuple libyen de choisir lui-même son destin.

Discours de Nicolas Sarkozy
19-03-2011

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.