Tchad : trois candidats de l'opposition entendent boycotter l'élection présidentielle


©

Les trois principaux opposants tchadiens ont annoncé le 22 mars qu'ils suspendaient leur participation à la présidentielle du 24 avril. Kamougué Wadal Abdelkader, Yorongar Ngarledji et Saleh Kebzabo, qui étaient candidats face au sortant Idriss Déby appellent aussi la population à boycotter le vote. Ils dénoncent la préparation de fraudes massives, et avaient exigé notamment de nouvelles cartes d'électeurs et l'impression de bulletins de vote numérisés et sécurisés, sans avoir été entendus.

Les trois candidats ont attendu la date limite de dépôt de leurs photos et logos pour la réalisation des bulletins pour annoncer qu’ils ne sont pas partant à la présidentielle du 24 avril prochain. Saleh Kebzabo :

« Messieurs Kamougué Wadal Abdelkader, Ngarledji Yorongar et Kebzabo Saleh, ont décidé de suspendre leur participation à l’élection présidentielle. Ils demandent solennellement à leurs compatriotes de ne pas se rendre aux urnes si cette décision devait être maintenue. »

Le 3 mars dernier les cinq challengers du président Déby avaient déposé des préalables à leur participation au scrutin. Ils demandent entre autres l’impression de nouvelles cartes et l’amélioration des conditions d’organisation du vote, en raison de l'existence de 6 millions de cartes d'électeurs, sur un corps électoral composé de 4,7 millions d'inscrits.

Après deux rencontres avec le chef de l’Etat, les candidats Nadji Madou et Pahimi Padacket Albert ont accepté d’aller au scrutin. Ce n’est pas le cas des trois autres.

Si rien ne change d’ici le 24 avril, le président sortant aura essuyé pour la deuxième fois consécutive le boycott de ses principaux opposants.