Crise ivoirienne: démonstration de force des partisans de Laurent Gbabgo


©

Les partisans du président sortant Laurent Gbabgo se sont rassemblés, par milliers, ce samedi 26 mars 2011 près du Palais présidentiel à Abidjan. Selon l'organisateur de l'événement, le chef des jeunes patriotes, Charles Blé Goudé, c'est à la fois « un soulèvement populaire », un « camping » et une célébration pour « glorifier Dieu ». Le rassemblement doit se poursuivre jusqu'à dimanche matin.

« Ce soir nous allons dormir ici ». La nuit n'est pas encore tombée. Charles Blé Goudé, la casquette visée sur la tête, monte à la tribune devant une foule immense et commence, comme à son habitude, à arranger les foules.

« Les adversaires de la Côte d’Ivoire ont échoué. Et comme ils ont échoué, ils paniquent, ils procèdent par leur humeur. Oui, ils veulent semer la peur dans vos esprit ».

« Ce n’est pas l’ONU qui va choisir notre président, poursuit Charles Blé Goudé sur le même ton. Ce n’est pas l’Union africaine qui va choisir notre président. Ce n’est pas la Cédéao qui va choisir notre président ».

La foule est nombreuse et mobilisée. Dans un long monologue, entrecoupé de refrains à la gloire de Laurent Gbagbo, le chef des patriotes Charles Blé Goudé assure que, n'en déplaise à Nicolas Sarkozy, il n'y aura pas de guerre civile en Côte d'Ivoire.

Le ministre de la Jeunesse fait applaudir Kadhafi, le nouveau héros des populations africaines. Mais il fustige surtout la communauté internationale qui dit-il : « veut imposer un président à la Côte d'Ivoire ».

Même tonalité chez Pascal Affi Nguessan, le patron du FPI, qui quelques instant auparavant s'en prenait lui aussi à l'impérialisme occidental et français. « Nous sommes ici en Côte d’Ivoire tous mobilisés pour faire barrage à l’imposture d’Alassane Ouattara. Nous sommes tous mobilisés pour faire échec à l’impérialisme français. L’impérialisme ne passera pas ».

Une soirée avec de la musique mais aussi des bénédictions. Ce samedi soir, c'est un pasteur qui a ouvert la manifestation en glorifiant Dieu pour avoir donné Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé à la Côte d'Ivoire.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.