Republier
Madagascar

Madagascar: nomination d'un nouveau gouvernement d'union nationale


©

A Madagascar, on connait enfin le nouveau gouvernement dit d'union nationale. Sans surprise, le général Camille Vital a été reconduit samedi 26 mars 2011 dans ses fonctions de Premier ministre par le président autoproclamé Andry Rajoelina. Les portefeuilles ministériels ont été répartis entre les différentes tendances qui ont approuvé la feuille de route proposée par la médiation internationale. En revanche, les forces politiques des trois ex-présidents Ravalomanana, Ratsiraka et Zafy ne sont pas représentées dans ce nouveau cabinet. Reste à savoir également si celui-ci sera approuvé ou non par les instances internationales.

Ils ont formé un gouvernement illégal encore. Ça montre qu'ils n'ont pas la volonté de faire sortir Madagascar de cette crise politique.
Marc Ravalomanana, ancien président de Madagascar
10-10-2013 - Par RFI

Comme Camille Vital l’a confié, c’est le poste de ministre des Affaires étrangères qui a été le plus discuté. La place est en effet stratégique pour convaincre la communauté internationale que Madagascar est engagé dans un processus consensuel. Elle échoit finalement à Yvette Sylla, veuve de l’ancien Premier ministre de Marc Ravalomanana, qui avait rejoint Andry Rajoelina avant de mourir.

Parmi les autres faits notables, la création de deux ministères d’Etat : l’Economie et l’Industrie revient à l’ambitieux Pierrot Rajaonarivelo, pourtant sous le coup d’une condamnation aux travaux forcés datant de 2006 et qui avait appelé à voter non lors du référendum constitutionnel de novembre dernier ; le portefeuille des Relations avec les institutions est quant à lui attribué à Yves Aimé Rakotoarisoa, dissident de la dernière heure de la mouvance Ravalomanana. Il symbolise l’inclusivité.

Huit ministres de l’ancienne équipe sont reconduits à des postes souvent décisifs : les Finances, les Mines, la Justice ou les Forces armées. Mais Camille Vital l’a martelé : « L’objectif est de gérer les affaires courantes et d’aller au plus vite vers les élections ».

On attend désormais la réaction de la communauté internationale qui est plus circonspecte après la reconduction du Premier ministre.

Nous sommes en train de changer la feuille de route et nous l'avons présentée aux membres de la SADC (Communauté de développement d'Afrique australe). Je suis sûr que même le médiateur de la SADC va l'écouter.
Marc Ravalomanana, ancien président de Madagascar
10-10-2013 - Par RFI

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.