L’Egypte annonce reconnaître la prochaine indépendance du Sud-Soudan - Afrique - RFI

 

  1. 16:33 TU Sessions d'information
  2. 16:40 TU Accents d'Europe
  3. 17:00 TU Journal
  4. 17:10 TU Mardi politique
  5. 17:30 TU Journal
  6. 17:33 TU Mardi politique
  7. 17:52 TU Sessions d'information
  8. 18:00 TU Journal
  9. 18:10 TU Grand reportage
  10. 18:30 TU Sessions d'information
  11. 19:00 TU Journal
  12. 19:10 TU La bande passante
  13. 19:30 TU Journal
  14. 19:40 TU La bande passante
  15. 20:00 TU Journal
  16. 20:10 TU Couleurs tropicales
  17. 20:30 TU Journal
  18. 20:33 TU Couleurs tropicales
  19. 21:00 TU Journal
  20. 21:10 TU Accents d'Europe
  21. 21:30 TU Journal
  22. 21:33 TU Danse des mots
  23. 22:00 TU Sessions d'information
  24. 22:30 TU Sessions d'information
  25. 23:00 TU Journal
  1. 16:40 TU Accents d'Europe
  2. 17:00 TU Journal
  3. 17:10 TU La bande passante
  4. 17:30 TU Journal
  5. 17:33 TU Sessions d'information
  6. 17:40 TU La bande passante
  7. 18:00 TU Journal
  8. 18:10 TU Grand reportage
  9. 18:30 TU Sessions d'information
  10. 19:00 TU Journal
  11. 19:10 TU Mardi politique
  12. 19:30 TU Journal
  13. 19:40 TU Mardi politique
  14. 20:00 TU Journal
  15. 20:10 TU Couleurs tropicales
  16. 20:30 TU Journal
  17. 20:33 TU Couleurs tropicales
  18. 21:00 TU Journal
  19. 21:10 TU Radio foot internationale
  20. 21:30 TU Journal
  21. 21:33 TU Radio foot internationale
  22. 22:00 TU Sessions d'information
  23. 22:30 TU Sessions d'information
  24. 23:00 TU Journal
  25. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
fermer

Afrique

Egypte Soudan

L’Egypte annonce reconnaître la prochaine indépendance du Sud-Soudan

media

Le Caire va reconnaître l'indépendance du Sud-Soudan. C'est ce qu'a déclaré à Khartoum le nouveau chef de la diplomatie égyptienne qui a effectué son premier déplacement à l'étranger depuis la chute de Hosni Moubarak. Nabil Elaraby s'est également rendu, lundi 28 mars 2011, à Juba. En haut de l'agenda figure l'épineuse question du partage des eaux du Nil. Le fleuve, qui traverse dix pays, profite depuis toujours aux Egyptiens mais les pays situés en amont veulent remettre en cause cette prééminence.

Le pouvoir égyptien fait contre mauvaise fortune bon cœur. Le régime n'a jamais caché son hostilité à l'indépendance du Sud-Soudan et a longtemps exhorté le Soudan à rester uni.

La raison est simple : l'Egypte veut préserver ses privilèges historiques sur les eaux du Nil. Deux accords, datant de 1929 et de 1959, octroient à l'Egypte 55 milliards de m3 et un peu plus de 18 milliards au Soudan soit au total 87% du débit du fleuve.

Ces accords ont toujours été rejetés par les pays du bassin du Nil. Six de ses riverains ont changé la donne en ratifiant récemment un nouveau traité qui doit permettre un partage plus équitable des eaux. Cette offensive des pays situés en amont du plus grand fleuve africain inquiète les Egyptiens qui estiment que le Nil est une question de sécurité nationale.

Dans ce contexte, la position qu'adoptera le nouvel Etat du Sud-Soudan est importante. La plupart des analystes pensent qu'il devrait s'aligner sur ses alliés de l'Afrique de l'Est, initiateurs du traité.

Le gouvernement du Caire, qui se sent de plus en plus menacé, veut faire de nouvelles propositions aux pays riverains pour qu'aucune nation ne soit lésée, a expliqué le ministre égyptien des Ressources hydrauliques.

Au Sud-Soudan, l'Egypte souhaite discuter du projet du canal de Jonglei qui permettrait d'éviter l'évaporation des eaux du Nil blanc, évaporation chiffrée a plus de 4 milliard de m3.

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.