Republier
Égypte

Egypte: une élection présidentielle avant la fin 2011

Le chef du Conseil suprême des forces armées, Hussein Tantawi en entretien avec le commandant américain James Mattis, au Caire, le 29 mars 2011.
© Reuters/Khaled Desouki

En Egypte, le Conseil suprême des forces armées a décrété mercredi 30 mars 2011 une « déclaration constitutionnelle » définissant les grandes lignes politiques de la seconde République égyptienne. L'état d'urgence sera levé pour l'organisation des élections législatives qui seront organisées en septembre suivies d'une élection présidentielle d'ici fin 2011.

Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

Le plus grand changement est la liberté de former des partis politiques par simple annonce. Un tribunal est chargé de statuer dans les 30 jours de la légalité de la formation. Les conditions sont assez faciles à remplir.

Un interdit toutefois, la formation de partis sur une base religieuse ou confessionnelle. La porte reste ouverte aux Frères Musulmans mais aussi aux salafistes et post-djihadistes qui ont déclaré vouloir former des partis civils même s’ils sont inspirés de l’islam. Ces partis pourront s’appuyer sur le fait que la charia reste la source principale des lois.

A la mi-septembre auront lieu les élections parlementaires et sénatoriales. Elles auront été précédées par une levée de l’Etat d’urgence. Dès la publication des résultats, l’armée se désistera du pouvoir législatif. Les députés éliront à leur tour une commission chargée de rédiger une nouvelle constitution.

Les législatives seront suivies par une élection présidentielle dont la date n’a pas été fixée. Le nouveau président aura un mandat de quatre ans renouvelable une seule fois. Ses pouvoirs seront réduits notamment en ce qui concerne les lois d’exception. L’armée lui remettra alors le pouvoir exécutif et se retirera dans les casernes.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.