La bataille d'Abidjan continue

Les troupes pro-Ouattara se préparent à attaquer le palais présidentiel d'Abidjan, dans la nuit du 31 mars au 1er avril 2011.
© AFP photo/Jean-Philippe Ksiazek

Laurent Gbagbo n’a jamais été aussi menacé. Les partisans d’Alassane Ouattara ont intensifié leur offensive à Abidjan durant la nuit du vendredi 1er avril 2011. Des tirs à l’arme lourde ont terrorisé la capitale économique ivoirienne. Ce matin, les combats se poursuivent.

C'est assez effrayant

Témoignage d'une habitante de Cocody
01-04-2011

Les habitants d'Abidjan ont vécu, entre le jeudi 31 mars et le vendredi 1er avril 2011, une nuit d’intenses combats. Des tirs nourris ont retenti depuis le début de soirée dans plusieurs quartiers de la ville.

A Cocody tout d'abord, où des combats se sont déroulés autour de la RTI, la radio télévision ivoirienne, qui a cessé d'émettre depuis 22 heures 45, heure d'Abidjan (0 heures 45 à Paris). Selon un témoin contacté par RFI, c'est un véritable déluge de feu qui s'est abattu sur la RTI avant que les forces favorables à Alassane Ouattara en prennent finalement le contrôle.

Laurent Gbagbo n’est plus localisable

Quelles forces fidèles à Laurent Gbagbo résistent encore ?
01-04-2011

Les tirs se sont ensuite concentrés sur la cité Mermoz, l'un des quartiers généraux des jeunes patriotes favorables à Laurent Gbagbo. Selon ce même témoin, une pluie d'obus et des tirs nourris ont visé la résidence de Laurent Gbagbo, elle aussi située dans le quartier de Cocody.

Enfin, dans le quartier du Plateau, où se trouve le palais présidentiel occupé encore récemment par Laurent Gbagbo, un témoin affirme que les murs ont tremblé sous l’intensité des tirs. Le président sortant n’est plus localisable depuis plusieurs heures. L'intensité des combats prouve que les derniers fidèles de Laurent Gbagbo résistent.

On entend des coups de canon, des rafales de kalashnikov

Témoignage d'un habitant de Cocody
01-04-2011

Il semble que les forces ouattaristes emploient les grands moyens face aux éléments de la garde présidentielle et au dernier carré de soldats fidèles à Laurent Gbagbo. Les habitants de différents quartiers d'Abidjan touchés par les combats sont terrorisés par l'ampleur des détonations et des tirs. Des militaires français de l'opération Licorne s'étaient déployés hier jeudi dans certains quartiers de la capitale économique ivoirienne pour protéger les ressortissants étrangers et notamment les Français.

Dans une interview accordée à l'agence de presse Reuters ce vendredi 1er avril 2011, Alain Toussaint, l'un des porte-parole de Laurent Gbagbo en Europe, a assuré qu'il était « hors de question que Laurent Gbagbo se rende ou qu'il abdique ».

Interrogé sur la localisation du président sortant, Alain Toussaint a affirmé qu' il se trouvait  « sur le territoire ivoirien ». « Je ne peux pas vous dire exactement où il se trouve », a-t-il indiqué, sans préciser s'il était toujours à Abidjan. Selon l'ambassadeur de France en Côte d'Ivoire, Laurent Gbagbo se trouve « probablement au palais présidentiel ».


 

Une chasse à l'homme sera organisée par toutes les forces sur le terrain pour capturer Monsieur Gbagbo Laurent

Sidiki Konaté
01-04-2011

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.