La situation humanitaire en Côte d'Ivoire est désespérée


©

La situation humanitaire en Côte d'Ivoire se dégrade et les organisations non gouvernementales ont bien du mal à accomplir leurs missions. C'est cet aspect de la crise que les parlementaires européens ont retenu pour décider d'augmenter leur aide d'urgence, mais aussi pour la reconstruction.

Nos mouvements sont très restreints depuis le début des combats jeudi.
Témoignage du porte-parole du CICR
10-10-2013 - Par Christine Muratet

À Abidjan, la situation humanitaire est de plus en plus préoccupante. Les habitants restent pour la plupart terrés chez eux. Dans certains quartiers, les rues quasiment désertes sont livrées aux pillards, la nourriture manque, l'eau et l'électricité sont souvent coupées y compris dans les hôpitaux et les cliniques.

Dans de nombreux quartiers d'Abidjan, une sortie pour remplir une bassine d'eau revient à risquer sa vie. La situation humanitaire se dégrade et de nombreux ménages sont à bout. « Il n’y a plus rien dans les magasins, on ne peut pas sortir, confie un habitant. Les gens vraiment sont apeurés. Ils sont malheureux. Ils ont faim ».

Les infirmiers et les docteurs dorment sur leur lieu de travail, ils ne peuvent plus rentrer chez eux pour des raisons évidentes de sécurité. Surtout, ils peinent à administrer des soins à leur patients alors que les stocks de médicaments s'épuisent et que l'eau ne coule plus des robinets. « On a du mal à faire les soins comme il faut, explique un infirmier. Il y a des malades qui ne sont pas bien. On va pouvoir tenir encore 2 ou 3 jours comme ça après c’est pas possible ».

L'organisation non gouvernementale française, Action contre la faim (ACF) achemine cette semaine deux cargaisons de douze tonnes de matériel humanitaire, elles profiteront aux populations déplacées dans les provinces de l'Ouest. Abidjan souffre de facto d'un blocus explique François Danel, le directeur général d'ACF, joint à Man à moins de 100 kilomètres de Duékoué. « Les problèmes d’accès et de couvre-feu font qu’il est très difficile que les personnes et les marchandises circulent. Un peu comme dans une logique de blocus ou d’enfermement ».

La plupart des témoins joints par RFI étaient parfois inaudibles du fait du fracas des combats, à plat ventre chez eux ou réfugiés dans leur salle de bain, par peur des balles perdues ou de possibles exactions. Au delà des défis sanitaires médicaux et de la lutte contre la faim, les Ivoiriens doivent aussi composer avec un traumatisme psychologique qui risque de laisser des traces.

Toutes les supérettes sont fermées, toutes les stations services sont fermées. Tout ce qui est mangeable est fini.
Les ravitaillements font cruellement défaut à Abidjan
10-10-2013 - Par Carine Frenk

Dans quelques quartiers, toutefois, des habitants disent  trouver un peu de nourriture, notamment dans certaines parties de la zone des Deux-plateaux ou à Niangon nord à Youpougon. Mais à Marcory, par exemple, l'eau est coupée et les habitants craignent de sortir, à cause des pillards armés. 

L'Europe vote une aide pour la Côte d'Ivoire

Avec notre correspondante à Strasbourg, Joana Hostein

Réunis à Strasbourg depuis lundi 4 avril, les parlementaires européens n'ont abordé la situation en Côte d'Ivoire que mercredi soir, peut-être dans l'attente du dénouement.

Au delà de la crise politique, c'est la crise humanitaire qui préoccupe les députés. Pour Michèle Strieffler, rapporteur pour le Parlement à l'aide humanitaire : « Les violences électorales ont fait plus d'un million de déplacés internes et de réfugiés. De plus en ce moment, la situation sécuritaire empêche les humanitaires d'agir et d'avoir accès aux populations ce qui est dramatique. La crise humanitaire ne sera pas réglée avec l'accord politique qui est en train d'être négocié. Le chaos va de toute façon durer plusieurs mois à Abidjan ».

Pour faire face au chaos, l'Union européenne a annoncé qu'elle donnera plus que les 500 millions d'euros alloués en urgence dès que la situation sur place sera stabilisée. Ceux qui reprochent à l'Union européenne un rôle strictement humanitaire semblent avoir une nouvelle fois raison.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.