Les pro-Ouattara freinés à Abidjan par des combattants pro-Gbagbo remobilisés

Une colonne de combattants pro-Ouattara en mouvement dans Abidjan, le 8 avil 2011.
© REUTERS

Un calme précaire régne ce samedi 9 avril 2011 à Abidjan où Laurent Gbagbo est toujours retranché dans sa résidence officielle tandis que ses combattants ont regagné du terrain la nuit dernière dans la capitale économique ivoirienne ; ils se sont même rapprochés de l'hôtel du Golf où siège le gouvernement d'Alassane Ouattara.

Avec notre envoyé spécial

La bataille d’Abidjan semble bel et bien en train de s’enliser. A ceux qui lui promettaient une chute rapide, Laurent Gbagbo montre jour après jour sa capacité de résistance et pour bien signifier qu’il n’a pas rendu les armes quelques balles ont sifflé hier soir, vendredi 8 avril 2011, au-dessus de l’hôtel du Golf.

Cette nuit, on pouvait également entendre le grondement des hélicoptères français dans le ciel. Lors d’une opération d’évacuation avortée dans le quartier des ambassades qui serait jonché de cadavres, ils ont détruit un blindé des forces loyales à Laurent Gbagbo mais deux hélicoptères ont été endommagés par des tirs.

Ce samedi matin, les Forces républicaines (FRCI), elles, s’étaient repliées de leurs positions avancées et à l’hôtel du Golf les visages étaient inquiets. Selon plusieurs sources, le camp du président sortant est arrivé à remobiliser des combattants, et des soldats de la garde républicaine sont venus hier renforcer ses positions à Cocody.

La géographie d’Abidjan est aussi un atout pour les forces de Laurent Gbagbo puisque, d’après une source militaire au sein des FRCI, la lagune leur servirait pour acheminer des armes et des munitions vers le périmètre de la résidence présidentielle.

Comme l’explique un cadre politique du RHDP (Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix), on est entré dans l’incertitude de la violence et on se demande comment on va en sortir. La bataille d’Abidjan risque en effet d’être longue et sanglante.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.