Côte d'Ivoire : la polémique sur l'arrestation et le sort judiciaire de Laurent Gbagbo continue

Capture d'écran de la TCI, télévision pro-Ouattara, montrant Laurent Gbagbo après son arrestation.
© AFP/TCI

Après l'annonce de poursuites judiciaires contre Laurent Gbagbo, son avocat Jacques Vergès, prend sa défense et accuse Alassane Ouattara de coup de force. Alors que la controverse sur les conditions de l'arrestation du président sortant est loin d'être éteinte, le Premier ministre français, François Fillon, a défendu l'intervention française devant les députés. 

L'ancien président déchu de Côte d'Ivoire Laurent Gbagbo est toujours à l'Hôtel du Golf à

Afin de construire un Etat de droit, je demanderai au Garde des Sceaux, ministre de la Justice et des Droits de l'homme, d'engager une procédure judiciaire à l'encontre de Laurent Gbagbo, de son épouse et de ses collaborateurs. Il leur sera réservé un traitement digne et leurs droits seront respectés...

Alassane Ouattara
12-04-2011

Abidjan et n'a pas été transporté hors de la ville comme l'avaient indiqué dans un premier temps par erreur les Nations unies mardi 12 avril. Lundi soir,  Alassane Ouattara avait réitéré sa « volonté » de créer une « commission vérité et réconciliation » mais il avait aussi annoncé le lancement d'une « procédure judiciaire » contre Laurent Gbagbo, son épouse et ses collaborateurs. 

A Paris, l’un des avocats du président sortant, Me Jacques Vergès, a affirmé mardi à RFI que ce serait « un honneur pour lui » de le défendre. « C’est le coupable qui veut poursuivre celui qu'il a renversé, a ironisé l’avocat. Nous avons Monsieur Ouattara qui est l’auteur de ces déclarations et le chef, au moins nominal des rebelles qui, dans l’ouest de la Côte d’Ivoire, ont tué 700 personnes. L’ONU le reconnaît. Alors, le responsable d’une bande d’assassins aujourd’hui se pose comme un justicier ? ».

Jacques Vergès, avocat de Laurent Gbagbo
12-04-2011

Me Vergès reconnaît qu’il y eu « des affrontements avec des dommages collatéraux incontestables ». Mais selon lui, « ça se situe sur des plans individuels. Tandis qu’à Duékoué ce sont des prisonniers, des hommes, des femmes et des enfants qu’on a assassinés, pas au cours de combats, a-t-il martelé. Ce sont des gens, prisonniers, qu’on a achevés à la machette et au pistolet et dont on a tenté de dissimuler les cadavres ensuite en les brûlant.

De son côté, Alain Toussaint, l’un des porte-parole de Laurent Gbagbo, est revenu en détail, ce mardi, sur le déroulement, selon lui, de l’arrestation du président déchu, accusant à nouveau les forces françaises d'avoir mené l'arrestation et donc d'être entrés dans la résidence.

Ce mardi, devant les députés, le Premier ministre français, François Fillon, a réitéré la position de son gouvernement sur cette opération. François Fillon a souligné « le comportement exemplaire des soldats français auxquels le président de la République avait fixé une mission très difficile, puisque il leur était interdit d’entrer dans la résidence de Monsieur Gbagbo ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.