Burkina Faso : mutinerie à Ouagadougou - France - RFI

Expand Player
Play

À l'écoute Sessions d'information

 

  1. 07:10 TU Sessions d'information
  2. 07:30 TU Journal
  3. 07:40 TU Grand reportage
  4. 08:00 TU Journal
  5. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  6. 08:30 TU Journal
  7. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  8. 09:00 TU Journal
  9. 09:10 TU Priorité santé
  10. 09:30 TU Journal
  11. 09:33 TU Priorité santé
  12. 10:00 TU Journal
  13. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  14. 10:30 TU Journal
  15. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  16. 11:00 TU Journal
  17. 11:15 TU Sessions d'information
  18. 11:30 TU Journal
  19. 11:33 TU Sessions d'information
  20. 12:00 TU Journal
  21. 12:10 TU Sessions d'information
  22. 12:30 TU Journal
  23. 12:33 TU Sessions d'information
  24. 12:40 TU Grand reportage
  25. 13:00 TU Journal
  1. 07:10 TU Sessions d'information
  2. 07:30 TU Sessions d'information
  3. 08:00 TU Journal
  4. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  5. 08:30 TU Journal
  6. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  7. 09:00 TU Journal
  8. 09:10 TU Priorité santé
  9. 09:30 TU Journal
  10. 09:33 TU Priorité santé
  11. 10:00 TU Journal
  12. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  13. 10:30 TU Journal
  14. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  15. 11:00 TU Journal
  16. 11:15 TU Sessions d'information
  17. 11:30 TU Journal
  18. 11:33 TU Sessions d'information
  19. 12:00 TU Journal
  20. 12:10 TU Grand reportage
  21. 12:30 TU Sessions d'information
  22. 13:00 TU Journal
  23. 13:10 TU Sessions d'information
  24. 13:30 TU Journal
  25. 13:33 TU Danse des mots
fermer

Afrique

Blaise Compaoré Burkina Faso

Burkina Faso : mutinerie à Ouagadougou

media

Au Burkina Faso, des dizaines de soldats sont sortis de leurs casernes pour tirer en l'air dans les rues de la capitale, Ouagadougou. Tout a commencé le 14 avril aux environs de 21h (heure locale). Ce sont les militaires de la garde présidentielle dont la caserne est toute proche de la résidence du président qui sont à l'origine de ce mouvement. Blaise Compaoré était dans sa résidence quand les tirs ont commencé. Il s'est réfugié quelques heures en dehors de Ouagadougou et a rejoint à nouveau la capitale ce matinLa mutinerie s'est répandue à d'autres casernes de la ville.

Suivez ici la situation, minute par minute

Jusqu’à présent des tirs continuent à certains endroits mais ils ont beaucoup baissé en intensité. Pendant de longues heures, c’était des tirs nourris, d’abord au camp du régiment présidentiel situé juste derrière la présidence burkinabé à la périphérie sud de Ouagadougou. Ensuite, c’est le Conseil de l’entente, un autre camp de la garde présidentielle, situé dans le centre qui est «entré dans la danse». Il y avait des tirs à la mitraillette, mais aussi à l’arme lourde dans tout le centre de la ville.

Les tirs et les combats se déroulent dans le quartier de Koulouba aux alentours de l'ancienne présidence, de la primature et de l'ambassade de France. D'autres tirs sont signalés aussi dans plusieurs camps notamment au centre-ville...La situation paraît grave.
Témoignage d'un habitant du centre-ville de Ouagadougou à 1h locale 10/10/2013 - par Christine Muratet écouter

Dès les premiers moments, le président Blaise Compaoré, sous bonne escorte est allé se réfugier dans l’ancien palais de la présidence, dans le centre-ville. Et selon RFI, le président Compaoré se porte bien et suit de près la situation avec tous ses proches.

Mais des coups de feu se sont propagés également dans la zone où il est allé se réfugier. Les soldats mécontents s’en sont pris aux domiciles de leurs chefs, domiciles brûlés ou attaqués à la roquette. On parle aussi de pillages de boutiques.

Il y a de nombreuses rafales qui sont tirées. On refoule les gens, leur demandant de ne pas prendre la route de la présidence. On est bloqué là où on est
Témoignage d'un jeune footballeur 10/10/2013 - par Christine Muratet écouter

Selon des sources proches de la présidence, c’est une affaire de prime qui serait à l’origine de ce coup de colère. Les soldats seraient mécontents de ne pas voir sur leur fiche de paie, les primes qui leur étaient promises.

Simple coup de colère ou tentative de déstabilisation du régime ?

Selon un officier joint par RFI, il s'agit d'un mouvement de colère de militaires qui protestent contre le non-versement d'une indemnité de logement qui leur avait été promise. En tout cas, la situation apparaît bien plus grave aujourd'hui que lors des dernières mutineries qui ont déjà révélé une fracture dans la chaîne de commandement d'une armée qu'on disait pourtant disciplinée.

 

Le malaise profond du régime de Compaoré

Hier soir, les fidèles de Blaise Compaoré, ont cherché à minimiser les évènements. Interrogé, un officier affirmait que ce sont de jeunes militaires « qui sont en train de faire n’importe quoi », et d’ajouter que « ces jeunes tirent pour protester contre le non-paiement d’une indemnité de logement ».

Il faut cependant rappeler que les éléments du régiment présidentiel sont choyés et les mieux payés des militaires burkinabè.

A la fin du mois de mars, c’est plusieurs garnisons dans le pays qui étaient rentrées en mutinerie, un mouvement qui avait été précédé par des manifestations d’étudiants réprimées. Plus près de nous, le 8 avril dernier, des dizaines de milliers de Burkinabé ont manifesté à travers le pays.

Entre ce front de la société civile et ce front ouvert au sein même de la garde présidentielle et de l’armée, le régime de Blaise Compaoré n’a jamais été aussi fragilisé et vacillant.

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.