Republier
Burkina Faso

Burkina Faso : la révolte militaire se propage dans le pays

Après Ouagadougou, la révolte militaire a atteint les villes de Pô (sud) et de Tenkodogo (est), Burkina Faso.
© AFP PHOTO / AHMED OUOBA

Le calme est revenu dimanche 17 avril 2011 à Ouagadougou et à Pô, mais la grogne des militaires continue. C'est à Tenkodogo (dans l'est du pays) que dimanche après-midi des soldats ont quitté leur caserne et ont tiré en l'air. Les mutins ont également réquisitionné des véhicules de civils. Ce même jour en début de soirée, le gouvernement a annoncé des sanctions contre les utilisateurs illégaux d'armes à feu.

A Pô dans la ville, la situation est calme, on peut faire ce que l'on veut.

Le calme est revenu à Pô
18-04-2011

Comme un effet domino, la mutinerie, commencée jeudi dernier au sein de la garde présidentielle, s’est étendue à Pô et à Tenkodogo, deux villes du sud du pays. Pô, située à la frontière avec le Ghana, est une ville garnison avec plusieurs casernes dont le CEC, le Centre d’entraînement commando, et l’académie des officiers (Académie militaire de Pô).

C’est aussi une ville symbole parce que c’est là que sont formées les troupes d’élite de l’armée burkinabé. Blaise Compaoré et ceux qui le gardent sont d’ailleurs issus de Pô. Samedi et dimanche, les soldats ont tiré des coups de feu en l’air. Ils se sont emparés des véhicules des particuliers et ont blessé au moins deux personnes, selon des témoins. Toute la journée de jeudi, la ville est restée déserte.

A Tenkodogo, ville frontalière du Togo et du Ghana, les soldats, sortis du régiment d’infanterie commando, ont tiré deux heures environ avant de retourner en caserne en début de soirée.

A Ouagadougou, où l’on a instauré le couvre-feu, le calme est revenu depuis samedi soir. Mais dimanche, la ville tournait au ralenti. Il n’y avait pas de carburant pour circuler, les stations-service étant fermées depuis le début de la crise.

Avec la colère, nous sommes allés pratiquement tout saccager, le siège du parti au pouvoir, la mairie de Ouagadougou.

Témoignage d'un vendeur de liqueurs à Ouagadougou
18-04-2011

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.