Libye : John McCain plaide pour la reconnaissance du CNT

Le sénateur américain John McCain lors d'une conférence de presse à Benghazi, en Libye, le 22 avril 2011
© REUTERS/Amr Abdallah Dalsh

Le sénateur John McCain, candidat républicain malheureux à l'élection présidentielle de 2008, a été accueilli vendredi 22 avril 2011 à Benghazi aux cris de « merci l'Amérique, merci Obama ». John McCain a plaidé pour une reconnaissance du Conseil national de transition (CNT) par la communauté internationale. C'est la plus haute personnalité américaine à se rendre en Libye depuis le début du conflit. Fervent partisan de l’intervention en Libye, John McCain a toujours soutenu le président Obama dans son engagement en Libye et réclame même un engagement militaire plus fort.

L’Américain John McCain a été très clair lors de sa visite : le Conseil national de transition représente la voix légitime du peuple libyen ; il faut armer et entraîner ceux qu'il qualifie de «grands combattants» et Benghazi est pour lui un exemple puissant et plein d'espoir de que peut-être une Libye libre. Des déclarations faites après une sortie à pied dans le fief des insurgés, encadré par des Libyens qui portaient des drapeaux américains.

Cette visite intervient alors que Washington est toujours partagé entre le désir de ne pas ouvrir un nouveau front et celui de ne pas être absent sur le dossier libyen.

La veille, les Etats-Unis avaient cependant annoncé, peut-être pour faire taire certaines critiques, que deux drones armés allaient être engagés en Libye.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.