Tchad/Présidentielle : Deby part grand favori

Des citoyens tchadiens en train de voter pour les législatives dans un bureau de vote à Ndjamena, le 13 février 2011.
© Gael Cogne / AFP

Au Tchad, 5,1 millions d’électeurs sont appelés à voter ce lundi 25 avril 2011 pour désigner leur président. Idriss Deby, le président sortant, candidat à sa succession pour la quatrième fois est quasi assuré de l'emporter en raison du boycottage des trois principaux opposants. Saleh Kebzabo de l’UNDR, Wadal Abdelkader Kamougué de l’UDR et Ngarlejy Yorongar de la FAR qui réclamaient notamment de nouvelles cartes d'électeurs après les législatives de février qualifiées de « mascarade électorale », ont suspendu leurs candidatures et appelé au boycottage. Les d'électeurs tchadiens vont-ils donc se déplacer pour aller voter ? L'abstention sera l'un des principaux enjeux de cette élection.

C’est pour la quatrième fois depuis 1990 que les Tchadiens sont appelés à désigner leur président par la voie des urnes. Cette fois-ci, Idriss Déby Itno, le président sortant sera face à deux candidats au lieu de cinq prévus initialement. Il s’agit de Pahimi Padacket Albert, président d’un parti qui a obtenu 8 sièges sur 188 lors des dernières législatives et Nadji Madou, président d’un parti non représenté au Parlement.

Les candidats Kamougué Wadal Abdelkader de l’UDR, Union démocratique pour le renouveau, Saleh Kebzabo de l’UNDR,  Union nationale pour la démocratie et le renouveau et Yorongar Ngarledjy de la FAR, Fédération action république ont décidé de boycotter le scrutin. Les conditions d’une élection transparente ne sont pas réunies. Il ne sert à rien d’aller à cette élection qui est pliée d’avance, ont-ils expliqué. Ils ont par ailleurs appelé la population à ne pas sortir pour voter.

Pour Idriss Déby : « Ce sont des gens qui ont trompé plusieurs fois les Tchadiens, ils ne seront pas suivis. Vous verrez, dit-il, les Tchadiens sortiront en masse pour voter ce lundi». Le taux de participation est donc l’un des principaux enjeux de ce scrutin.

Le vote va-t-il se dérouler dans de bonnes conditions ?

Les mesures de la Céni pour une meilleure participation au scrutin présidentiel
25-04-2011

Après des élections législatives dont l’organisation a été jugée cahoteuse par la plupart des observateurs, la Céni a décidé de corriger le tir pour permettre à plus de Tchadiens de voter et surtout mieux voter.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.