Republier
Mauritanie

Mauritanie : nouvelle manifestation contre le régime en place


©

Plusieurs artères du centre de Nouakchott ont été bloquées lundi 25 avril 2011 pendant quelques heures par des centaines de manifestants, avant que la police les disperse par la force. Ce mouvement, baptisé Coordination de la jeunesse du 25 février, manifeste depuis deux mois contre le régime du président Mohamed Ould Abdel Aziz et petit à petit, son discours s’est radicalisé.

Les tirs de grenades lacrymogènes fusent, certaines dangereusement dirigés directement sur les manifestants. Plus d’une vingtaine de personnes sont interpellées. Pendant trois heures, plusieurs centaines de jeunes s’étaient rassemblés à l’appel de la Coordination du 25 février pour une journée de la colère, bloquant la circulation au centre de la capitale.

« Aziz dégage ! », scandent ces manifestants. Lancé ce 25 février dernier, ce mouvement de contestation avait rassemblé quelques milliers de personnes à plusieurs reprises avant de s’essouffler. Lundi, les jeunes étaient à nouveau au rendez-vous. Il y a deux mois, ils demandaient au gouvernement de faire des réformes économiques et sociales. Depuis, leur discours s’est radicalisé.

« Au début, on demandait des réformes tout à fait réalistes et réalisables qu’on a envoyées au pouvoir public, explique Cheikh Ould Jiddou, un responsable du mouvement. La seule réponse qu’on a eu, c’est la répression, c’est les arrestations, c’est qu’on nous ignore, c’est qu’on nous méprise. Et aujourd’hui, deux mois après, nous avons décidé d’exiger que Aziz dégage. Il n’y a pas d’autre solution.

La mobilisation ne va que s’accentuer parce que les Mauritaniens en ont ras-le-bol de ce régime et il est temps de le dire haut et fort. C’est vrai qu’on n’est pas encore arrivé à briser le mur de la peur que l’Etat mauritanien a constitué depuis 1960, mais on y arrivera demain, après-demain, certainement ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.