Republier
Burkina Faso

Après les mutineries de CRS, retour au calme au Burkina Faso


©

Après la mutinerie qui a éclaté hier soir dans une caserne de CRS à Ouagadougou et qui s'est étendue ce jeudi 28 avril 2011 à plusieurs villes du pays, la situation dans la capitale burkinabè est redevenue calme. Mais la tension persiste.

Avec notre correspondant à Ouagadougou

Un étudiant de Ouagadougou témoigne
10-10-2013 - Par RFI

A Ouagadougou, la situation est calme à présent. On n'entend plus de tirs. Mais à l'est de la ville et dans le centre-ville, près du commissariat central, où des coups de feu avaient éclaté ce matin, la tension reste perceptible. Les barricades dressées par les policiers sont encore là. Le commissariat et le palais de justice sont fermés, ainsi que quelques magasins et des bureaux des environs.

En revanche, à la Direction générale de la police, siège de la sûreté nationale, où de nombreux coups de feu ont été entendus, l’ambiance est redevenue normale.

D'après plusieurs témoignages, le calme serait également revenu dans les villes de l’intérieur -à Fada N'Gourma à l’est, Pô et Manga dans le sud, Dédougou ou Bobo Dioulasso à l’ouest- où des CRS ont également fait le coup de feu hier soir et ce matin.

«Les résultats des discussions vont permettre, s'ils sont satisfaits, de désamorcer l'ensemble de la situation»
Pascal Benon
10-10-2013 - Par RFI

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.