IB tué par les forces d'Alassane Ouattara - Afrique - RFI

 

  1. 12:10 TU Sessions d'information
  2. 12:30 TU Journal
  3. 12:33 TU Sessions d'information
  4. 12:40 TU Grand reportage
  5. 13:00 TU Journal
  6. 13:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  7. 13:30 TU Journal
  8. 13:33 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  9. 14:00 TU Journal
  10. 14:10 TU Autour de la question
  11. 14:30 TU Journal
  12. 14:33 TU Autour de la question
  13. 15:00 TU Journal
  14. 15:10 TU Radio foot internationale
  15. 15:30 TU Journal
  16. 15:33 TU Radio foot internationale
  17. 16:00 TU Journal
  18. 16:10 TU Sessions d'information
  19. 16:30 TU Journal
  20. 16:33 TU Sessions d'information
  21. 16:40 TU Accents d'Europe
  22. 17:00 TU Journal
  23. 17:10 TU Décryptage
  24. 17:30 TU Journal
  25. 17:33 TU Sessions d'information
  1. 12:10 TU Grand reportage
  2. 12:30 TU Sessions d'information
  3. 13:00 TU Journal
  4. 13:10 TU Sessions d'information
  5. 13:30 TU Journal
  6. 13:33 TU Danse des mots
  7. 14:00 TU Journal
  8. 14:10 TU Autour de la question
  9. 14:30 TU Journal
  10. 14:33 TU Autour de la question
  11. 15:00 TU Journal
  12. 15:10 TU Radio foot internationale
  13. 15:30 TU Journal
  14. 15:33 TU Radio foot internationale
  15. 16:00 TU Journal
  16. 16:10 TU Sessions d'information
  17. 16:30 TU Journal
  18. 16:33 TU Sessions d'information
  19. 16:40 TU Accents d'Europe
  20. 17:00 TU Journal
  21. 17:10 TU La bande passante
  22. 17:30 TU Journal
  23. 17:33 TU Sessions d'information
  24. 17:40 TU La bande passante
  25. 18:00 TU Journal
fermer

Afrique

Côte d'Ivoire Politique Côte d'Ivoire

IB tué par les forces d'Alassane Ouattara

media «IB» à Abidjan dans le quartier d'Abobo le 19 avril 2011 REUTERS/Finbarr O'Reilly

Ibrahim Coulibaly, dit « IB », chef du « commando invisible », a été tué, mercredi 27 avril 2011 dans la soirée, par les forces du président ivoirien Alassane Ouattara dans le nord d'Abidjan. Rival du Premier ministre Guillaume Soro, il était perçu comme une menace par le pouvoir qui lui avait demandé de déposer les armes.

J’entendais : Arrêtez de tirer ! Arrêtez de tirer ! On va se rendre.
«Colonel» Bauer 10/10/2013 - par Marie-Pierre Olphand écouter

C'est hier mercredi 27 avril vers 19 heures locales qu'IB a été abattu. Il y a en fait deux versions sur les circonstances entourant sa mort.

Selon une source proche des FRCI (Forces républicaines de Côte d'Ivoire), Ibrahim Coulibaly a été tué à Abobo, dans le secteur de l’usine Unicafé. Son numéro 2, Félix Anoblé, est également tombé sous les balles des FRCI, selon la même source, qui ne donne pas plus de détails. Elle précise seulement qu’Ibrahim Coulibaly et le petit groupe d’hommes qui l’entourait étaient lourdement armés. Ils étaient dans une zone de repli. Les FRCI reconnaissent aussi avoir eu des blessés dans leurs rangs lors de l’échange de tirs.

Selon des proches d’IB, contactés par RFI, ses hommes ont voulu se rendre. Ils ne faisaient visiblement pas le poids face à l’armada en hommes et en matériel déployée par les FRCI. IB et certains de ses proches sont tombés finalement dans une villa située dans la zone de l’usine Unicafé d’Abobo, sous le feu nourri des FRCI.

Un rival de moins pour Guillaume Soro… IB et l'actuel Premier ministre comptent parmi les initiateurs de la rébellion contre le pouvoir de Laurent Gbagbo en 2002. Mais très vite, une forte rivalité est née entre les deux hommes. Et dans son exil, où il a vécu une bonne partie de ces dix dernières années, Ibrahim Coulibaly laissait planer parfois son ombre au-dessus de Guillaume Soro. Des hommes d’IB sont soupçonnés d’avoir tenté d’assassiner le Premier ministre de Laurent Gbagbo, peu de temps après sa nomination en 2007, dans le nord de la Côte d’Ivoire.

Depuis la chute de Laurent Gbagbo, Ibrahim Coulibaly, qui revendiquait sa part dans la victoire contre les forces pro-Gbagbo, voulait rencontrer le nouveau président. La réponse du chef de l’Etat ivoirien a été de demander au ministre de la Défense, qui n’est autre que Guillaume Soro, de désarmer Ibrahim Coulibaly et ses hommes.

Ibrahim Coulibaly qui se disait prêt à déposer les armes, a donc été attaqué mercredi 27 avril 2011. Il était peu préparé à engager une bataille, bien qu'il disait être à la tête de milliers d’hommes. Ceux qui lui restaient fidèles, quelques centaines visiblement, n’ont pas fait le poids face aux FRCI.

 

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.