Republier
Libye

Libye : Tripoli propose une amnistie aux rebelles de Misrata mais les combats se poursuivent pour le contrôle du port


©

Le régime de Tripoli a proposé vendredi 29 avril 2011 au soir une amnistie aux rebelles de la ville portuaire de Misrata, leur demandant de déposer les armes avant le 3 mai. Mais l'offensive militaire se poursuit et le contrôle de Misrata, porte d'entrée de l'aide à la population et aux forces rebelles, est crucial pour les deux parties en conflit. Ce samedi matin, tôt, dans une allocution télévisée le numéro un libyen a réaffirmé qu'il ne quitterait pas son pays et appelé à des négociations avec l'Otan

Pour bénéficier de cette amnistie, les rebelles de l'ouest qui se battent dans Misrata depuis près deux mois n'auront qu'à se rendre et déposer les armes. C'est du moins ce qu'affirmait en fin de soirée, ce vendredi, le porte-parole du gouvernement, Moussa Ibrahim, faisant état d'un communiqué du ministère de l'Intérieur.

L'offre est valable jusqu'au 3 mai et le régime promet que tous les repentis pourront librement quitter la ville, alors qu'au même moment, une contre-offensive de l'armée est en cours. Un peu plus tôt, les autorités libyennes avaient annoncé que les forces loyalistes avaient rendu les installations portuaires inutilisables et avaient prévenu que tous les navires tentant d'entrer dans le port seraient considérés comme ennemis et attaqués.

Le général Rob Weighill, directeur des opérations en Libye pour l'Otan, a annoncé au cours d'une conférence de presse tenue à Naples vendredi, que ses navires avaient neutralisé des mines posées par les forces loyales au colonel Kadhafi dans le port de Misrata :

« Nos navires ont intercepté de petits bateaux qui déposaient des mines flottantes à la sortie du port de Misrata et nous nous sommes débarrassés des engins que nous avons trouvé. Cela démontre de nouveau combien le régime du dirigeant Mouammar Kadhafi ignore le droit international et tente d'entraver l'envoi de secours humanitaires ».

Tripoli souhaite que les aides soient désormais acheminées par voie terrestre ce qui paraît fort difficile en l'absence de cessez-le-feu. Finalement, le gouvernement libyen semble tenter de tout faire pour maintenir une apparence de contrôle de la situation alors que les forces pro-Kadhafi semblent avoir perdu l'avantage depuis longtemps dans Misrata.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.