Republier
Sénégal

La fondation Senghor menacée d’expulsion

Le Président Léopold Sédar Senghor, le 18 avril 1966 à Dakar, lors de l'inauguration du premier festival mondial des arts nègres, exposition de l'art contemporain.
© Rue des Archives/Agip

Certains proches de l’ancien président Léopold Sédar Senghor s’interrogent sur les projets des autorités de l’alternance concernant la mémoire du poète-président. Les fidèles de Senghor s’inquiètent notamment pour l’avenir de la fondation qui porte son nom. Cette fondation occupe depuis plus de 35 ans un immeuble du quartier du plateau dans lequel elle a notamment aménagé une salle d’exposition. Or, elle a reçu ces dernières semaines la visite d’un huissier demandant de libérer les lieux.

On demande à la fondation de déménager et de quitter le bâtiment qu'elle occupe actuellement.

Le poète Amadou Lamine Sall
17-05-2011

Cela fait un mois environ que la fondation Senghor vit avec le glaive de la justice dangereusement suspendu au dessus de la tête. Un mois qu’un avis d’expulsion a été délivré par un huissier au président de la fondation, Basile Senghor, sommé de quitter dans les 48h les locaux qu’« il occupe illégalement », faute de quoi il serait procédé à son expulsion « manu militari ».

L’avis d’expulsion daté du 14 avril a été établi à la demande de l’Etat par l’intermédiaire de l’agent judiciaire qui a lui-même appliqué les instructions de la direction du patrimoine bâti.

Une source au ministère concerné (ministère de l’Habitat, de la Construction et de l’Hydraulique) explique : « Le bâtiment que la fondation occupe doit être réhabilité. A la place le gouvernement lui a attribué des locaux dans le quartier du point E, mais celle-ci s’entête à ne pas vouloir déménager ».

« On a du mal à s’y retrouver, estime pour sa part Me Boucounta Diallo, l’avocat de la fondation. Dans la sommation servie le 14 il était question d’occupation illégale, maintenant on nous parle de travaux de réfection, A quel motif se fier ? N’y a-t-il pas en fait des appétits pour cet immeuble situé au cœur de la capitale ? »

Des fidèles de Léopold Sédar Senghor s’interrogent par ailleurs sur les projets des autorités concernant la maison de l’ancien président, sur la corniche. L’Etat s’en est porté acquéreur sans dire ce qu’il souhaitait en faire.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.