La grève des médecins se durcit en Algérie

Les manifestants en blouses blanches dans les rues d'Alger.
© AFP/FAROUK BATICHE

La grogne sociale continue en Algérie où plusieurs secteurs sont concernés. Celui des fonctionnaires communaux, celui des dockers ou encore celui de la santé. Depuis lundi 16 mai, les médecins spécialistes et généralistes ont grossi les rangs des médecins résidents dont le mouvement de grève a débuté en mars.

Ce mercredi 18 mai, plusieurs centaines de médecins « résidents », c'est-à-dire de médecin en cours de spécialisation, ont fait un sit-in devant le ministère de la Santé. La manifestation a duré plus de quatre heures, sous bonne surveillance policière.

Depuis deux mois, 7 000 médecins résidents étaient déjà en grève. Ils réclament en priorité la fin de l’obligation du service civil car ils l’effectuent souvent dans des conditions difficiles, sans moyens, alors qu’aucune autre profession n’y est soumise. Les blouses blanches ne veulent pas abandonner le combat et dénoncent un blocage de la part du pouvoir.

On réclame l’arrêt du service civil, c’est injuste
Dialogue de sourds entre les médecins et le ministère de la Santé
10-10-2013 - Par Marie-Pierre Olphand


 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.