Génocide rwandais : le TPIR annonce l'arrestation de Bernard Munyagishari, criminel présumé

Bernard Munyagishari, recherché pour génocide par le TPIR
© Interpol

C'était l'un des dix accusés que le TPIR, Tribunal pénal international pour le Rwanda, recherchait. Dans les jours qui viennent le TPIR, qui se trouve à Arusha en Tanzanie, viendra chercher Bernard Munyagishari à Kinshasa. Il y a été transféré, le jeudi 26 mai 2011, au lendemain de son arrestation dans la province congolaise du Nord Kivu.

Responsable des Interahamwes et du parti présidentiel à Gisenyi pendant le génocide de 1994, Bernard Munyagishari est accusé de génocide et crimes contre l'humanité dont des viols.

Le bureau du procureur du TPIR se félicite donc de sa capture d'autant qu'il aura fallu cinq années de traque au TPIR pour mettre la main sur Bernard Munyagishari. Le procureur accuse cet homme d'avoir recruté, entraîné, et dirigé les Interahamwe dans le cadre de tueries et de viols de femmes tutsies à Gisenyi et au delà.

Il a participé personnellement ou à travers ses miliciens à l'enlèvement, au viol, et au meurtre de femmes tutsies.

Richard Karegyesa
26-05-2011

Il risque de ne pas être jugé au Rwanda

Comme le tribunal est censé se décharger de certains dossiers en vue de sa fermeture en 2014, il n'est pas certain que Bernard Munyagishari soit jugé à Arusha. Richard Karegyesa, le chef des poursuites au bureau du procureur explique que dans le plan d'achèvement de leurs travaux, il est prévu que seuls les accusés de plus haut rang à juger soient gardés. Les autres doivent être transférer à des juridictions nationales. « Parmi les dix fugitifs, Bernard Munyagishari faisait partie de la deuxième catégorie, et nous allons devoir chercher un pays tiers volontaire et capable de le juger. Bien sûr, si nous n'en trouvons pas, nous le jugerons ici ».

Ce qui n’est pas un exercice facile car peu de pays accepte d’accueillir les prisonniers : « nous avons commencé ces démarches pour d'autres dossiers il y a cinq ans, sans réel succès pour l'instant. Le seul pays auquel nous avons pu confier des accusés, c'est la France, avec Munyeshaka et Butchibaruta ». En effet, le seul pays vraiment volontaire pour juger les accusés du TPIR, c'est le Rwanda lui-même. Alors le procureur espère lui confier Bernard Munyagishari.

Pour l’instant rien n’est joué car jusqu’à présent, les juges du TPIR se sont opposés au transfert d'inculpés vers la justice rwandaise. Ils ont estimé que les conditions d'un procès équitable n'étaient pas réunies dans ce pays. Les juges doivent se prononcer sur une nouvelle demande du procureur dans les prochains mois.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.