Affaire Habré : le Sénégal suspend ses discussions avec l’UA


©

Nouveau rebondissement dans le feuilleton politico-judiciaire du procès Habré. Les experts de l’Union africaine, qui étaient venus à Dakar participer à la seconde séance de consultations sur la mise en place d’une Cour internationale ad hoc, se sont vus déclarer dès l’ouverture de la réunion, ce lundi 30 mai 2011, que les discussions étaient suspendues sine die. Et les autorités sénégalaises ne leur ont pour l’instant donné aucune explication.

Ils ne s’attendaient sans doute pas à cela les experts de l’Union africaine quand ils sont venus s’installer, lundi en milieu de matinée, dans cette salle de réunion d’un grand hôtel de Dakar. Tout était prêt : interprète, secrétariat, documents de travail. Rien, dans la façon dont le premier round s’était déroulé fin mars ne les préparait à un tel coup de théâtre.

Les discussions devaient commencer par une relecture du projet de statut de la Cour adopté lors des premiers entretiens et amendé depuis.

Avant même que le travail ne commence, la délégation sénégalaise se retire cependant pour discuter. Quelques trois quarts d’heure de conciliabules, à l’issue desquels l’annonce est faite. Le Sénégal demande officiellement la suspension des négociations.

Les autorités sénégalaises n’ont pour l’instant rien dit de leurs motivations. Selon nos informations, la réunion politique qui était prévue vendredi est en tout cas annulée. Le représentant spécial de l’UA pour le procès Habré, Robert Dossou y était attendu, ainsi que le commissaire chargé de la paix et de la sécurité, Ramtane Lamamra.