Commémoration à Kinshasa de l'anniversaire de l'assasinat de Floribert Chebeya

Le ministre de la Justice, Luzolo Bambi déposant des fleurs sur la tombe de Floribert Chebeya le 26 juin 2010, à Kinshasa.
© AFP / Gwenn Dubourthoumieu

Ce mercredi 1er juin 2011, à Kinshasa, on commémorait le premier anniversaire de l’assassinat du défenseur des droits de l’homme, Floribert Chebeya et de son chauffeur Fidèle Bazana. Contre toute attente, une altercation a éclaté sur la tombe de Chebeya, au sujet de la présence du ministre congolais de la Justice à cette cérémonie.

Nos cœurs sont vraiment pleins de douleur.

Annie Chebeya
02-06-2011

Tout avait commencé dans le calme et le recueillement. Massés autour de la tombe de Floribert Chebeya, les activistes d’une multitude d’associations des droits de l’homme ont écouté les messages des familles, notamment celui, émouvant, de la grande sœur de Floribert.

Puis la parole a été donnée au ministre de la Justice et des Droits humains, Luzolo Bambi. C’est quand le ministre allait s’apprêter à poser la première pierre d’un mausolée que les choses se sont gâtées. Des cris, des invectives : « C’est un crime d’Etat, il n’est pas question que le représentant de cet Etat vienne accomplir ce geste. Vous êtes en train de tuer Floribert une deuxième fois ! »

Sans avoir eu le temps de saisir la truelle et le seau de ciment, le ministre a dû battre en retraite, assurant qu’il était prêt à accomplir le geste souhaité, du moment que les associations se mettraient d’accord entre elles.

Un peu plus tard tout le monde s’est retrouvé à l’église pour une messe dans une ambiance plus calme, en présence du corps diplomatique. Quoique le curé de la paroisse du Sacré-Coeur n’y est pas allé de main morte dans son sermon pour dénoncer l’assassinat de Chebeya, parlant d’une « société congolaise à la dérive, politiquement bête et spirituellement débile ».

Le verdict sera rendu le 16 juin après plus de six mois de procès des huit policiers accusés de cet assassinat.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.