Burkina Faso : Bobo Dioulasso panse ses plaies


©

A Bobo Dioulasso, le calme est revenu samedi 4 juin 2011, après 48h de tirs en l'air et de pillages orchestrés par des militaires. Le chef d'état-major des armées s'est rendu dans la ville accompagné du chef d'état-major particulier du président pour s'enquérir de la situation. Vendredi, décision avait été prise de réprimer la mutinerie. Trois corps, gendarmerie, parachutistes et sécurité présidentielle, sont intervenus. Le bilan de ces 48 heures d'intervention est de six militaires tués, une jeune fille tuée par une balle perdue, et une vingtaine de blessés civils et militaires. Plus d'une cinquantaine de mutins présumés ont été arrêtés. Depuis, le régiment de la sécurité présidentielle patrouille en ville et des ratissages ont lieu pour rattraper d'éventuels mutins fuyards et récupérer les objets volés à la population et aux commerçants.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.