Republier
Burkina Faso

Burkina Faso : cinq ans de prison pour deux policiers après la mort d'un jeune homme


©

Deux policiers ont été condamnés, vendredi 17 juin 2011, à cinq ans de prison ferme au Burkina Faso. Ils ont été reconnus coupables lors de leur procès en appel pour avoir tabassé un jeune homme retrouvé mort ensuite à l'hopital de Gaoua, en juillet 2010. Le verdict est qualifié par les autorités de « signal fort contre l'impunité ».

Les faits remontent à juillet 2010 à Gaoua, le chef-lieu de la région du sud-ouest du Burkina Faso. Un jeune homme de 23 ans trouve la mort après son interpellation par la police et pour détention de cannabis.

La population pointe du doigt la police de Gaoua, accusée d’avoir torturé le jeune homme au commissariat. Des émeutes éclatent, la population en colère manifeste violemment dans la ville. Elle met le feu à la direction régionale de la police.

La situation est si grave que les autorités font appel à des renforts de la gendarmerie et de l’armée qui, selon des témoins, tirent à balles réelles pour disperser les manifestants. Mais les échauffourées, qui s’étendent sur plusieurs jours, vont causer la mort de deux autres personnes dont un enfant tué justement par balle.

Pour faire baisser la tension, trois policiers sont arrêtés et déférés à Bobo-Dioulasso. Deux d’entre eux ont été condamnés à cinq ans de prison ferme chacun par la chambre criminelle de la cour d’appel de Bobo-Dioulasso. Le troisième bénéficie de la relaxe.

Après le jugement de cette affaire, reste celle d’un collégien de la région de Koudougou. Sa mort en février dernier marquait le début de mouvements de contestations violentes dans le pays.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.