Republier
EN BREF

Guinée équatoriale: Amnesty dénonce la multiplication des arrestations arbitraires


©

Alors que le XVIIème sommet de l'Union africaine doit se tenir la semaine prochaine à Malabo, du 29 juin au 1er juillet, Amnesty International a dénoncé, lundi 20 juin, « une hausse des arrestations arbitraires » en Guinée équatoriale. L'organisation internationale de défense des droits de l'homme demande de « mettre immédiatement fin aux limitations draconniennes de la liberté d'expression ». Toujours selon Amnesty International, toutes les manifestations ont été interdites depuis le début du « printemps arabe ».

De son côté, le président équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema, qui dirige le pays depuis 1979, estime qu'il n'y a pas de violation de droits de l'homme en Guinée équatoriale. C'est également l'avis du ministre de l'Information et porte-parole du gouvernement, Geronimo Osa Osa Ekoro, pour qui, les arrestations effectuées se font dans le cadre de la sécurité à assurer aux pays invités au sommet de l'Union africaine à Malabo.

Dans notre pays, on ne fait pas des arrestations injustifiées. On doit assurer la sécurité de nos invités et nettoyer Malabo

Geronimo Osa Osa Ekoro, ministre de l'information, porte-parole du gouvernement équato-guinéen
21-06-2011

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.