Côte d'Ivoire : les investigations sur les éventuels crimes contre l'humanité se poursuivent

Jeannot Ahoussou Kouadio, ministre ivoirien de la Justice, lors d’une conférence de presse à Bruxelles le 10 mars 2011.
© AFP / Thierry Charlier

Le procureur de la Cour pénale internationale va demander ce jeudi 23 juin 2011 aux juges l'autorisation d'ouvrir une enquête sur de possibles crimes contre l'humanité commis en Côte d'Ivoire. Avec le rétablissement de la sécurité sur l'ensemble du territoire et la relance de l'activité économique, la justice est l'une des priorités affichées d'Alassane Ouattara. A plusieurs reprises, le nouveau président ivoirien a déclaré qu'il souhaitait voir jugés tous les auteurs de crimes dans son pays.

Après environ deux mois de travail, le procureur de la République a achevé son enquête préliminaire sur les crimes économiques commis par l'ancien régime. Ce dossier est désormais entre les mains d'un juge d'instruction et, selon le ministre ivoirien de la Justice Jeannot Ahoussou Kouadio, les investigations pourraient encore prendre un à deux ans.

D'après lui, les enquêtes portent sur le pillage de la BCEAO (Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest), de banques publiques et privées, d'entreprises mais elles mènent également à l'étranger où plus de 150 milliards de francs CFA ont été découverts sur des comptes en Suisse.

Crimes de sang

Le deuxième volet de l'enquête du procureur Koffi Kouadio se poursuit. Il porte sur les crimes de sang commis durant la période post-électorale. A ce jour, le parquet a entendu 86 personnes mais les victimes et les témoins n'ont pas encore été auditionnés. Là encore, il faudra être patient puisque d'après les autorités ivoiriennes, plus de 2 000 témoignages sont attendus.

Faute de moyens mais surtout pour ne pas être suspectés d'instaurer une justice des vainqueurs, les juges ivoiriens devraient sur les actes les plus graves qui pourraient être qualifiés de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité, céder la place aux enquêteurs de la Cour pénale internationale.

Une mission d'évaluation du bureau du procureur de la CPI est attendue la semaine prochaine en Côte d'Ivoire. Si une enquête était ouverte, la justice internationale devrait se pencher sur les crimes commis par les forces pro-Gbagbo mais aussi par les FRCI (Forces républicaines de Côte d'Ivoire).

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.