17e sommet de l'Union africaine à Malabo : la Libye au centre des préoccupations

Malabo, 26 juin 2011. Des contrôles de sécurité draconiens pour les participants au 17e sommet de l'Union africaine qui débute ce 30 juin.
© © AFP /STR

En préambule au 17e sommet de l'Union africaine qui doit s'ouvrir ce 30 juin, les ministes des Affaires étrangères de l'Union africaine sont réunis, depuis hier, à Malabo, en Guinée équatoriale. Le dossier du conflit libyen occupe une place prépondérante. L'organisation panafricaine prône plus que jamais la médiation politique, mais désormais la question du départ du colonel Kadhafi n'est plus un tabou.

Une délégation du Conseil national de transition libyen (CNT) est attendue à Malabo. Selon plusieurs sources diplomatiques, les Équato-guinéens, pourtant réputés proches du colonel Kadhafi, ne s'opposent pas à cette présence.

Le ministre de l'Information du CNT Mahmoud Chamame s'en est réjoui et espère que  « le peuple libyen sera écouté par l'Afrique. Nous appelons les Africains qui soutiennent Kadhafi à comprendre que l'ère de la dictature est finie, pour toujours. Nous leur disons aussi que ce n'est pas judicieux de soutenir quelqu'un qui est poursuivi par la Cour pénale internationale de crimes contre l'humanité. »

Les rebelles libyens ne seront toutefois pas admis dans la salle où siège la délégation officielle libyenne, conduite par Abdulati al-Obeidi , le nouveau ministre des Affaires étrangères du colonel Kadhafi.

Hier soir, le conseil des ministres des Affaires étrangères a évoqué longuement la crise libyenne pour soutenir la feuille de route de l'organisation qui prévoit en premier lieu, un cessez-le-feu, suivi de négociations politiques.

Ce dossier en l'état était plus que délicat, voilà que l'on veut le compliquer davantage au travers des poursuites qui sont engagées par le procureur de la CPI

Mohamed Bazoum, ministre nigérien des Affaires étrangères
29-06-2011

Il n'y a pas eu de passe d'armes entre partisans et adversaires du départ du maître de Tripoli. La diplomatie sénégalaise qui s'était illustrée dans le soutien au CNT s'est montrée discrète. Le ministre des Affaires étrangères n'était pas à la réunion de Malabo, et le président Abdoulaye Wade, qui s'est rendu en personne à Benghazi le 9 juin dernier, a renoncé à participer à ce 17e sommet de l'Union africaine.

Le mandat d'arrêt contre le colonel Kadhafi, délivré par le procureur de la Cour pénale internationale a été plutôt mal accueilli par les participants de la réunion des ministres des Affaires étrangères. Sous couvert d'anonymat, plusieurs ministres ont estimé que cette décision allait radicaliser le Guide libyen et donc torpiller les efforts de l'Union africaine pour convaincre le colonel Kadhafi de s'effacer de la scène politique.

Par ailleurs, des discussions existent depuis quelques jours entre les membres du régime Kadhafi et des émissaires du CNT.

Sipopo, la ville de luxe du sommet de l'Union africaine
Sipopo. La ville a été construite spécialement pour le 17e sommet de l'Union africaine.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.