Republier
EN BREF

«Depuis la publication du mandat d'arrêt de la CPI, toutes les initiatives sont dans l'impasse» affirme le CNT


©

La Grande-Bretagne a exprimé ouvertement son désaccord hier avec la décision française de livrer des armes aux forces rebelles libyennes, ajoutant aux frictions entre alliés alors que l'intervention militaire va entrer dans son quatrième mois. « Non, la Grande-Bretagne n'envisage pas de fournir des armes à l'opposition en Libye » a déclaré à Bruxelles le secrétaire d'État britannique à la Défense, Gerald Howarth. En visite à Paris, Mahmoud Chamame, le ministre chargé des médias au sein du Conseil national de transition, organe des rebelles libyens, n'a pas souhaité faire de commentaires sur cette information. En revanche, s'il reconnaît que des contacts ont été pris avec les représentants du régime Kadhafi via une tierce partie, ceux-ci auraient été suspendus depuis la publication du mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale.  

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.