Au Maroc, nouvelles manifestations à Rabat et Casablanca

Manifestation du Mouvement du 20 février à Rabat, Maroc, le 10 juillet 2011.
© REUTERS/Stringer

Au Maroc, les journées de manifestations se suivent et se ressemblent. le dimanche 10 juillet 2011, plusieurs milliers de personnes ont de nouveau battu le pavé à Tanger dans le Nord, mais aussi à Rabat et Casablanca. Deux semaines après l’adoption de la nouvelle Constitution avec plus de 98% de oui, ils veulent continuer à faire pression pour qu’il y ait de vrais changements au Maroc. Ils demandent notamment moins de corruption et plus d’emplois pour les jeunes.

Ils scandent « Nous ne lâcherons pas » tout en levant le poing. Ils sont descendus une nouvelle fois dans la rue, deux semaines après l’adoption d’une nouvelle Constitution pour dire que ce texte ne suffit pas à régler les problèmes.

Leïla brandit un panneau : « Touche pas à l’argent de mon pays ». « Je suis là pour lutter contre la corruption, explique-t-elle. On ne fais pas confiance aux réformes qui ont été faites ». Pas confiance, voilà des mots qui reviennent régulièrement à la bouche des manifestants. Fouzia, une militante islamiste, ne croit pas au changement : « Tant qu’il y a les mêmes visages qui sont dans les hautes responsabilités, on va construire les mêmes produits avec une autre Constitution ».

Evidemment, tout le monde n’est pas d’accord. Tout d’un coup, un groupe de fervents défenseurs du roi tente de bloquer le cortège de 1 000 personnes. Ils brandissent des drapeaux et de petits panneaux. « 20 février, dégage », peut-on lire dessus. « On est pour le changement, mais dans la continuité. On ne veut pas une révolution mais une évolution. Ils veulent faire tomber le gouvernement, le Parlement, qu’est-ce que c’est que ça ? », s’emporte l’un d’eux.

Au final, les manifestants, plus nombreux, reprennent leur marche avec toujours le même slogan : « Liberté et dignité ». Tandis que sur le bord de l’avenue, des centaines de badauds regardent le cortège passer.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.